ID-CLIK.COM

Le Domaine Du Requin Aux Dents Molles !

Pléonasme : un hacker très con…

Publié le 5 août 2015 par Maître Maa dans Journal

Piaf 1Mais con genre… prix Nobel !

Comme toute tentative de hameçonnage qui se respecte, le message courriel que j’ai reçu ce matin est particulièrement croustillant, débordant de tentative de parler bien, plein de jolis mots impressionnants, le tout bien entendu saupoudré d’un peu de coulis de fautes d’orthographe pas piquées de hannetons…

Le truc est censé se faire passer pour Yahoo (chez qui j’ai une adresse courriel) et surtout, il est censé me faire peur au point que dans ma folie irréfléchie je me laisse emporter par mes réflexes de défense primaires.

Ci-après, le méchant message de la mort non modifié, présenté tel que je l’ai reçu :

L’équipe de Yahoo!

Suite au renouvellement automatique de votre abonnement® le serveur a rencontré certaines erreurs ne permettant pas de répertorier votre adresse. Nous vous informons que vous ne pourrez plus accéder à votre compte ! Ni utiliser les profils associés si vous ne vous identifiez pas selon notre règlement car chaque jour des milliers de comptes en ligne sont piratés. Veuillez dans un délai de 48 Heures confirmer votre adresse messagerie ainsi que toutes les informations demandées par le biais du formulaire ci-dessous.

Yahoo! Carte ID Information Obligatoire
Identité Utilisateur
Nom :
Prénom :
Informations de connexion (Obligatoire)
Date de naissance(*) :
E-mail Yahoo(*) :
Mot de Passe(*) :
E-mail Alternative(*) :
Mot de Passe(*) :
Pays et ville de résidence(*) :
Code postal (*) :
Téléphone (*) :

NB: En cas de manque d’information demandée sachez que cela entraînera la suppression définitive de votre adresse messagerie.
Cordialement.
Direction Yahoo! Mail.

Dans l’ordre d’apparition à l’écran, ce texte tente de m’expliquer :

Que le mot abonnement est une marque déposée, euh…

Que le serveur ne retrouve pas mon adresse, mais arrive quand même à m’envoyer un message, re-euh…

Qu’il faut s’identifier selon un règlement… re-re…

Ok, on va pas plus loin, vous aviez deviné que c’était du Google Traduction tout craché.

La suite sans ponctuation est un texte qui semble avoir été pondu par un adolescent qui nous fait un petit caprice.

Bon, on passe rapidement sur le reste et on va maintenant essayer de comprendre le détail qui tue :

Normalement, un mail frauduleux est censé vous faire croire que vous avez un gros souci chez un de vos prestataires et contient généralement au moins un lien que vous devrez suivre sans réfléchir.

Non seulement le texte ci-dessus est tout sauf discret, ce qui devrait je pense amener environ 100 % des personnes qui le recevront à l’ignorer, mais surtout, il ne contient aucun lien… et donc, il ne sert tout simplement à rien, comme son auteur d’ailleurs.

Encore un parasite à qui j’adresse l’expression de mon plus profond mépris distingué…

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Notes

Adresse de l’abruti : christian-leparc AT bbox POINT fr, faites chauffer vos spamassassin, le mien est mis à jour déjà.

Page suivante »

Je suis administrateur système… et sur Mac !

Publié le 23 mai 2015 par Maître Maa dans Journal

yosemite_logoWhere Apple want it drive me ?

Il y’a quelques années, on était même encore au XXe et on payait encore en Francs, un texte [1] avait parcouru le web, racontant la journée trépidante d’un ingénieur système.

À l’époque, Windows en prenait pour son grade, l’auteur argumentant même avec des exemples croustillants que tous les utilisateurs de l’époque subissaient quotidiennement et donnaient au texte cette saveur particulière qui allait du rire franc et sincère des utilisateurs Unix et Apple, au rire jaune des utilisateurs Windows.

20 ans plus tard, les utilisateurs Unix rigolent toujours, les utilisateurs Windows ont fini par intégrer la couleur de leur rire, et les utilisateurs Apple… pleurent !

Pour ma part, j’ai un Mac pour travailler et commettre mes billets sur ce site, mais j’ai surtout une tripotée de serveurs, tous sous Linux, pour « héberger mon projet ».

Aujourd’hui, communiquer avec mon serveur local situé à quelques mètres et directement connecté en Ethernet à mon Mac est quasiment devenu une activité mystique tant il est possible que des fois, il ne soit pas totalement impossible qu’il y’ait eu à un moment une probable éventualité pour que tout ce qui devait se produire l’ait été…

Je ne vais pas rentrer dans les détails, un seul suffit et les quelques milliers (oui, milliers) [2] de messages que vous trouverez sur les forums officiels d’Apple vous le confirmeront : dicoveryd !

Pour que l’iPhone de Mamie Antoinette puisse communiquer tranquillement avec son Apple-TV, sa borne AirPlay, son MacBook et son iMac, le tout en parfaite synchronisation avec son compte iCloud, Apple à mis en place toute une… euh comment dire… une chiée, c’est le terme, Apple à donc mis en place toute une chiée de fonctions disais-je.

Pour que toute cette montagne de fonctions puisse collaborer, Apple à eu la très bonne idée de réécrire complètement l’une des briques de son système, laquelle servant de fondation principale à tout ce qui concerne de près ou de loin le réseau, qu’il soit local ou non.

L’ancienne brique, connue sous le vocable technique de mdnsresponder avait effectivement un énorme défaut qu’elle traînait depuis presque 20 ans : Elle fonctionnait du feu de dieu sans le moindre problème…

L’ironie à toujours fait partie de mon univers, notamment quand je rédige un texte, mais j’ai aussi un métier (hébergeur de sites Internet) et j’ai de plus en plus de mal à être ironique quand ces petites subtilités marketing viennent plomber mon chiffre d’affaires personnel, tant je perds des heures à essayer de faire fonctionner un truc, me battant avec un bug incompréhensible et illogique de mon code, alors qu’en fait, c’est juste Yosemite qui pose la question à la mauvaise personne, suite au très mauvais conseil de discoveryd

5 minutes (vérifié et chronométré) avant d’avoir la main sur l’extérieur tous les matins au réveil du Mac, Safari se contentant de mouliner dans le vide. Le terminal est quant à lui parfaitement connecté sur mes serveurs en SSH, mais les mêmes serveurs restent introuvables pour Safari…

Mon Mac mettant environ 9 secondes à démarrer (merci le SSD), le mettre en veille n’a plus aucune utilité désormais s’il faut attendre autant. Surtout quand le problème, pardon, the new awesome feature specialy developed for Mamie Antoinette By @Tim_Cook himself est en vrac 99 % de son temps et exige de toute manière un reboot forcé pour se réveiller elle-même.

Les problèmes causés par dicoveryd sont connus et Apple ne peut décemment pas éluder la question comme si elle n’existait pas.

Sur les forums Apple, des rapports très pointus [3] ont été publiés qui démontrent clairement la « perfectibilité » de cette brique logicielle pourtant fondamentale, mais à part quelques réponses de contributeurs courageux, la seule réaction officielle d’Apple sur le sujet sera le verrouillage des sujets émanent des utilisateurs qui comme moi, sont vraiment en colère…

Qu’Apple glisse sur une perte de qualité dans ses produits est une chose et j’ai (encore un peu) confiance en sa capacité à rebondir [4], mais qu’elle pratique la censure arbitraire sur les sujets qui la dérange est une nouveauté dans l’histoire d’Apple, qui ne nous avait guère habitués à ce genre de pratique jusqu’à présent.

Il y’a vraiment des soucis dans la pile réseau d’OS X et Apple ne pourra l’éluder encore très longtemps. En attendant, je serais prêt à parier que nombreux sont les professionnels qui ont dû passer chez la concurrence pour juste pouvoir continuer à travailler, chose devenant de plus en plus difficile, voir impossible, avec un Mac.

Pour ma part, je vais laisser mon Mac mourir tranquillement, ben oui, il est hors de question que j’installe la prochaine bouse système d’Apple, et comme cela va imposer des mises à jour aux logiciels que j’ai payés, il se trouvera fatalement un jour ou ils seront tous devenus incompatibles avec la dernière version « Mamie Antoinette Extended Version 17.12.548.2.365.2.01.24.8 b Proof By @Tim_Cook himself » et je n’aurai alors d’autres choix que de passer sous Linux.

En voulant absolument faire plaisir à Mamie Antoinette, Apple est juste en train de faire fuir tous les autres, en plus elle s’en cogne de Licloude ou de Liffone, elle habite Charlerois et ne comptait pas déménager de si tôt. Pis surtout, elle n’a pas d’iPhone, ni de Mac, ni rien en fait, Mamie c’est une vraie elle, son téléphone à 50 ans, il est en bakélite et fonctionne comme au premier jour, lui !

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa / triste

Notes

[1] Le fameux texte original : ingenieur-systeme

[2] Une recheche sur le terme « discoveryd » sur le site Apple.com

[3] Un exemple de rapport pointu en provenance d’une sommité du monde des développeurs Apple : Open Radar Report

[4] Malheureusement, cette triste glissade vers la médiocrité à déjà fait des ravages chez Apple, et à l’époque déjà, elle avait du être sauvée in-extremis, sauf qu’aujourd’hui, le sauveur n’est plus là pour faire le Job

Page suivante »

À lire si vous ne savez pas lire…

Publié le 27 avril 2015 par Maître Maa dans Journal

wp-media-22Pirouette de compèt’

Un expert au sujet de l’intégrité intellectuelle des acheteurs du livre de Thierry Meyssan, l’Effroyable Imposture :

« Oui, les gens qui ont acheté ce livre en France sont des gens d’un très faible niveau social, dont la majorité d’est jamais allée à l’école. Ils sont également d’un très faible niveau culturel. Ce sont peut-être des gens à qui le 11 septembre a fait très peur, et qui préfèrent trouver des réponses simples dans le livre de M. Meyssan plutôt que de trouver la vérité qui est bien sûr plus complexe. »

Résumons :

La plupart des libraires vous le diront, leur clientèle est majoritairement composée de cas sociaux qui n’ont jamais été à l’école et qui ont une culture désastreuse… logique !

Oser dire que le livre de M. Meyssan apporte une réponse simple est soit la preuve que le type ne l’a pas lu, soit la preuve que ce type se fout complètement de la question et n’est là que pour le discréditer.

Le fait même de se renseigner en dehors des sources « officielles » est une preuve d’intelligence, oser dire que « ces gens » préfèrent l’ouvrage de M. Meyssan par facilité est une insulte, car au contraire, ils ont fait l’effort de faire fonctionner leur esprit critique en comparant plusieurs sources différentes pour en croiser les informations.

Donc, soit on croit aveuglément une simplissime version officielle sans réfléchir (ce que ferait effectivement une personne de faible niveau culturel et social) et on est un type bien, soit on fait fonctionner son esprit critique en se renseignant par d’autres sources (ce qui semblerait démontrer un niveau social est culturel plutôt développé) et là on devient un complotiste de faible niveau culturel et social…

Cette manière de retourner la vérité pourrait bien entendu s’appliquer à bon nombre de sujets d’actualité, si ce n’est à tous, et chaque fois, ce sera ce genre d’expert qui se verra offrir les tribunes des grands médias pour bien embrouiller le téléspectateur (espèce en voie de disparition… bizarrement).

Non non, on se fout pas de nos gueules, tout va bien…

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa
Page suivante »

Vive les Bananes

Publié le 3 avril 2015 par Maître Maa dans Journal

les-bananes-logoVive les Bananes !

Je passe à la vitesse supérieure et je lance officiellement le mouvement des Bananes de la Réunion.

Un site avec un Wiki et un forum est désormais disponible et tout citoyen qui le désire est cordialement invité à venir débattre et proposer.

Nouvelle constitution, nouvelles lois, et surtout, des actions réelles et concrètes.

Si toi aussi tu as envie de devenir une Bananes (pluriel volontaire), tout se passe sur le site les-bananes.re

Page suivante »

Apple m’a tuer…

Publié le 5 mars 2015 par Maître Maa dans Journal

install-yosemite-beta

Dear Tim Cook

Je ne suis qu’un humble utilisateur de Macintosh depuis 1989 et depuis ce temps-là je n’ai jamais utilisé quoi que se soit en provenance de la concurrence, jamais.
J’ai toujours défendu Apple, notamment quand la société était au plus mal et semblait sur le point de péricliter, gardant confiance en l’avenir, car je savais que cette entreprise avait les moyens de retourner la situation.

J’ai vu venir OS X, je le sentais et je n’ai pas été contredit, quand Apple à annoncé le rachat de neXt j’ai été plus excité qu’étonné, ayant eu la chance de manipuler un neXt-Cube, je savais que le choix était très bon.

Quelle aventure que cet OS X premier du nom, le fameux Mac OS X 10.0.3, le truc le plus instable que je n’avais jamais eu sur Mac (avant Yosemite bien sûr), mais qui n’annonçait que du bon pour la suite (contrairement à Yosemite), c’était encore une bêta et ce qu’elle faisait quand elle ne plantait pas était juste énorme malgré tout.

Je suis revenu sur 9.2.2 pour bosser et quand j’ai reçu mon CD de la mise à jour 10.1 (parce qu’à l’époque Apple t’envoyait le CD à ton nom), je l’ai installée dans la foulée.

Je ne suis jamais retourné sur Mac OS 9, profitant de Classic pour les quelques applications qui n’avaient pas encore été transposées sur le nouvel OS, mais bootant définitivement sur OS X depuis ce jour.

Puis vinrent les versions suivantes, 10.2 (naissance d’iChat), puis 10.3 (naissance de Safari que j’avais prédit dans un article publié sur mon site perso) et les suivantes jusqu’au dernier système exploitable, 10.6, Snow Leopard.

Jamais un plantage, pas une seule perte de données, les mises à jour installées sans réfléchir par-dessus les anciennes et qui se sont toutes déroulées sans le moindre accroc.
Je dis bien dernier système exploitable, car c’est à partir de là qu’Apple va commencer à emprunter une pente très glissante vers la médiocrité.

Encore aujourd’hui, j’entends de nombreuses voix qui pensent comme moi que Snow Leopard est le dernier « vrai » système d’exploitation produit par Apple, je connais même des professionnels qui sont restés sur SL par peur de ne plus pouvoir travailler sur les versions suivantes, quand je regarde ça avec du recul, j’en viens à me demander s’ils n’avaient pas raison finalement.

Puis vint le tour de Lion… aie…

Ah Lion et cette nouvelle procédure d’installation qui passe par App Store et qui nécessite un téléchargement.

J’habite à la Réunion, une île magnifique située au milieu de l’océan Indien, ne cherche pas dans la mer sur ta carte Tim, pour ta boîte, cette île se trouve sur le continent africain…

La Réunion, c’est aussi (comme la Nouvelle-Calédonie que j’ai aussi eu la chance d’habiter) l’une des connexions les plus mauvaises que je n’ai jamais eues, les débits sont exécrables et le passage à Lion se fera sentir, le téléchargement prenant entre 2 et 185 heures, oui oui, 185 heures ! Je dis entre 2 et 185 parce que bien entendu, le téléchargement plantera plusieurs fois avant de finalement passer.

Qu’à cela ne tienne, j’ai toujours eu une confiance aveugle en Apple et je ne me laisserai pas impressionner par ce genre de petits détails.
D’ailleurs, à l’époque, je travaillais pour toi Tim, j’étais Technicien Certifié pour un revendeur local.

Pour l’anecdote, j’ai eu ma certification ce jour triste du départ de Steve.

Le matin, je me suis levé, excité et un peu nerveux quant à la perspective qui s’ouvrait à moi, et comme d’habitude, je suis allé faire un petit tour sur mes sites d’infos favoris, pour y lire l’information qui me mettra sur les genoux, un véritable choc.

Fortement ému, je vais hésiter à me présenter au centre de certification, incapable que j’étais d’accepter cette réalité… et de me concentrer.

Mais c’est en me remémorant ses propres paroles que je vais avoir le coup de fouet qu’il fallait, comme il aurait voulu que je le fasse, je laisserai ces détails de coté et me présenterai pour finalement l’obtenir « très facilement » !

Mon premier diplôme, le seul d’ailleurs de ma vie et il est signé Apple, j’en pleurais, j’te jure, ça à l’air débile comme ça, mais ce jour là restera à jamais l’un des plus beaux de ma vie.

En sortant du centre, j’ai levé les yeux au ciel et je lui ai dit merci de m’avoir donné cette force, j’imaginais comment il devait être fier de moi, puis j’ai vu les regards de travers des gens sur le trottoir, j’avais du parler à haute voix, mais je m’en foutais, j’avais enfin un pied dans la boîte qui me faisait rêver depuis plus de 20 ans, j’étais l’homme le plus fier du monde et le reste m’était égal.

Lion donc, par réflexe, et après avoir perdu plusieurs jours à essayer de télécharger la chose, je copierai l’installeur sur un disque externe, je ne le savais pas encore, mais je venais de me sauver la mise pour plus tard, car c’est effectivement ce qu’il faut faire, depuis Lion, il est fortement conseillé de faire une copie de l’installer avant de continuer… au cas où.

Mon Mac ne redémarrera pas, je fais partie de ceux qui ont eu le petit bug de l’installeur, tu sais, le fameux fichier qui n’était pas supprimé et qui faisait que Lion croyait qu’il n’était pas installé… et donc relançait la procédure d’installation… en boucle.

Sur le coup j’ai été très surpris, pas habitué à ce genre de bogue bizarre chez Apple, un peu comme si tous les matins je me réveillais en me demandant si j’étais réveillé…

C’est à partir de Lion que je vais aussi découvrir ce que c’est de devoir régulièrement rebooter son ordinateur sans raison, pratique que je ne maîtrisais pas, n’ayant jamais utilisé Windows…

Lion et le nouveau paradigme d’Apple concernant les protocoles réseaux, les autres machines locales qui changent de nom ou d’icône, qui sont connectées tout en étant déconnectées, déconnectées mais connectées, ou encore déconnectées et déconnectées… quand ce n’était pas tout simplement connectées parce que connectées (plutôt rare ça).

Web développeur de mon état, j’ai toujours eu un serveur Mac chez moi sur lequel j’hébergeais mes services, Apache, MySQL et PHP que je partageais dans une zone DNS locale limitée à mon réseau particulier que j’avais configuré en éditant les fichiers de Bind9.

Mon premier AMP, je l’ai compilé moi-même, mon QuickSilver 867 s’en rappelle encore, PHP m’avais à l’époque pris 5 heures pour se compiler, mais j’avais réussi.

Puis vint Mountain Lion et un sursaut d’amélioration, enfin pas sur le réseau, et encore moins sur le WiFi, Airport ayant décidé d’être de plus en plus mauvais au fil des versions sur ce point-là.

Même pas mal, je suis plus dur à cuir que ça, je ne vais pas me laisser bouffer par ce paquet de silice et je m’en sortirais quand même, mais avec ce sentiment que la qualité se dégrade de plus en plus.

Apple va continuer et sortir Maverick… qui sera l’un des éléments qui me pousseront à démissionner, ne supportant plus les griefs légitimes des clients à qui je devais mentir ouvertement, les accusant presque d’être à l’origine de tous leurs maux, alors que j’avais les mêmes problèmes en privé, mais que je ne pouvais pas le dire.

Difficile d’être formateur sur les technologies Apple et de se retrouver comme un con devant 10 élèves en train d’essayer de leur expliquer comment configurer Time Machine sur une Time Capsule… visible, mais inaccessible et qui donc refuse de valider la procédure d’activation. Obligé de finir mes démonstrations par des pirouettes, accusant la mauvaise qualité des connexions Internet pour expliquer les dysfonctionnements… du réseau local… hm !

« Messages », « Facetime », « Accéder à mon Mac », technologies qui ont une fâcheuse habitude à ne pas fonctionner, ou que l’on doit régulièrement réactiver sans raison apparente. Technologies qui pourtant faisaient la force d’Apple et qui représentait pur moi l’essentiel de mes démonstrations.

Quand j’y repense, j’ai un peu honte d’avoir ainsi roulé mes clients dans la farine en accusant tout l’Internet alors que la connexion entre les deux appareils n’était que locale (environ 4 mètres, quand même !)…

Marre de mentir, je finirai par dire mes 4 vérités à mon patron qui en récompense me foutra à la porte, on ne critique pas Apple voyons.

Bon d’accord, il ne m’a pas viré que pour ça, mais ce bordel ambiant me faisait vraiment honte et c’était de plus en plus difficile de recevoir les clients, sachant que la plupart des problèmes qu’ils soulevaient étaient bien causés par cette médiocratisation en cours, mais que je devais réfuter pour défendre Apple coûte que coûte.

Tu n’imagines pas Tim à quel point j’ai été soulagé de me retrouver au chômage, certes je perdais des sous, mais je gagnais tellement en qualité de vie.

J’ai repris mon ancienne occupation de père au foyer, et accessoirement de Web Développeur, et j’ai commencé à démonter WordPress, j’avais une idée pour un thème particulièrement optimisé, responsive, moderne et tout et tout, la consécration de nombreuses années de développements personnels enfin personnifiée dans un produit que j’allais peut être pouvoir vendre.
Pas facile le WP, mais bon, c’est le jeu.

Entre temps, mon QuickSilver va mourir de son alimentation (bonjour le choc après toutes ces années de bons et loyaux services), je réussirai à récupérer les données hébergées sur le serveur en démontant le disque dur et activerais le serveur local de mon iMac pour continuer à bosser.

En passant, merci d’avoir supprimé le partage Web, heureusement que je maîtrise (à mon humble niveau) le terminal et que je sais plus où moins quels fichiers modifier pour relancer mes services, cela ne me prendra que deux ou trois jours… seulement !

Mais voilà, je n’imaginais pas Apple faire pire, c’était sans compter sur Yosemite, le pire « truc » jamais produit par la pomme, une sorte de version bâtarde de Mac OS 7.5.5… en plus… euh… moderne.

C’était pourtant bien parti, j’avais fait la demande pour le bêta test public et j’avais été accepté, j’ai donc eu la chance de tester Yosemite avant tout le mode et pour une bêta je l’avais trouvé plutôt stable.

J’ai donc sauté sur Yosemite à sa sortie publique, je le regrette fortement, si j’avais su que cela m’amènerait aujourd’hui à reconsidérer mon métier…

Dès le premier redémarrage de Yosemite, je vais perdre mon serveur… ne cherchez pas le lien, c’est un peu comme si vous vous vouliez installer un nouvel autoradio dans votre voiture, et qu’en retour la cafetière du voisin se mettait à faire du thé.

L’explication est d’une simplicité presque vexante et se résume à la superbe nouvelle barre d’adresse / recherche unifiée de Safari qui décide d’elle même si vous tapez une URL ou une requête Google…

Rappelez-vous ci-dessus je vous parlais de mon serveur sur lequel j’avais défini une zone DNS très privée (toutes mes machines ayant leur propre nom de domaine du type : roger.truc, albert.truc) qui définissait une extension de domaine fictive le .truc

Ben voilà, avec Yosemite, les bogus sont tout simplement impossibles car Safari considère sans vous le demander que c’est une requête Google… bonjour la faille de sécurité, je suis même étonné que personne ne se soit lancé dans une procédure sur ce point-là, mais en même temps, les professionnels étant sérieux par définition, il serait logique de penser qu’ils utilisent de moins en moins le Mac, préférant utiliser de vrais outils.

Je vais sauver ma mise grâce à Ubuntu Server 14.04 que j’installe en urgence sur mon vénérable MacBook Noir, deux heures après, j’ai un serveur fonctionnel, mes bogus sont revenus grâce à Firefox et FirefoxDevelopperEdition (une tuerie ce truc) et le serveur tourne H24 depuis plusieurs mois sans le moindre problème, un seul reboot pour raison de sécurité.

Je suis du genre à persévérer et faire abstraction, je ne vais pas vous citer tous les problèmes rencontrés, j’en aurais pour 8 pages de plus, citons seulement Safari, qui pour un développeur Web est quand même un outil important.

La barre d’adresse / recherche unifiée ! Mon cher Tim, as tu seulement posé la question à un seul développeur Web avant de valider cette aberration ?

J’ai un projet sur le Net, et je le protège avec un certificat SSL, tu sais, le petit ’s’ que l’on ajoute au protocole dans l’adresse, le HTTP devenant HTTPS…

Ben tu vois, je clique dans la barre d’adresse et je n’ai que le nom de domaine machin.com, envolé les trois w et le http://…

Bon, ce n’est pas grave, je le tape à la main pour vérifier mon certificat, puis constatant que ça marche, je reviens sur le HTTP pour vérifier que je me fais bien éjecter par mon script.

Ah ben là, l’adresse est entière, chouette, je n’ai qu’a enlever le ‘s’ et ça roule.

Je dois retester en HTTPS, pas de problème, je clique dans la barre… et toute la partie protocole à encore disparue… c’est lourdingue comme tu ne l’imagines pas Tim, vraiment lourdingue.

Et je ne parle pas des cookies qui me demanderont plusieurs heures de recherches dans les arcanes sombres de Safari pour les retrouver, ou leurs gestions dans les préférences qui d’un coup se limitent à « supprimer toutes les infos liées aux sites (cookies, caches, LocalDB) » là où avant on pouvait supprimer juste le cache ou juste le cookie…

Mais bon je suis tenace et quand je reçois un mail d’Apple me demandent de tester la dernière bêta 10.10.3 avec le tout nouveau Photo, je m’exécute tranquillement et me lance dans l’aventure… et quelle aventure mon ami, la dernière pour tout te dire, juste la dernière, si j’avais su…

Apple me conseille d’installer cette bêta sur un disque externe, merci de me le préciser, comme si je n’avais pas un disque dédié, je te rappelle Tim que je l’ai déjà testé le bidule au cas où tu aies oublié.

Je vous écris cet article depuis le Mac de mon fils, mon iMac n’a pas survécu à ce test et il est mort tranquillement quelques jours plus tard…

Tu vois Tim, avec ta parano de vouloir tout contrôler, tu identifies les machines éligibles aux bêta test par leur numéro de série…

Je reprends, tu me conseilles d’installer la bêta sur un disque externe, ce que je vais faire, mais tu identifies ma machine sur son serial number…

Une fois de retour sur ma version normale, je vais découvrir un App Store complètement bogué qui est bloqué sur la mise à jour 10.10.3 bêta… euh… et plus aucune autre mise à jour ne me sera plus jamais proposées.

Les lenteurs vont se faire de plus en plus régulières et violentes, jusqu’à tout à l’heure ou je serai forcé de redémarrer le Mac… il ne redémarrera pas.

J’ai tout essayé, je te rappelle mon cher Tim que je suis un ancien tech certifié, je crois savoir à peu près quoi faire dans ces cas-là.

Finalement, j’ai tout réinstallé et tu me croiras si tu veux, mais maintenant j’ai un Yosemite 10.10.0 et App Store ne me propose que la 10.10.3 bêta.

iTunes et mail sont lancés, mais n’ont plus de fenêtres… cool.

Les lenteurs sont juste incroyables, environ 5 minutes d’attentes toutes les 5 secondes…

Dernière chance, formatage et clean installe… en croisant tous les doigts que je trouverai pour que Time Machine fonctionne…

Le couperet est tombé, ma sauvegarde Time Machine, que j’ai pourtant vérifiée avant de lancer la clean installe, est corrompue…

J’ai TOUT perdu, je n’arrive même pas à ouvrir l’image disque, 816 Go de données qui occupent de l’espace mais qui ne sont pas récupérables…

J’ai du mal à écrire, je n’ai aucun moyen de calculer la perte, elle est juste énorme.

Bien entendu, le dossier contenant une grande partie des éléments de mon procès en cours fait partie des éléments perdus, la partie adverse va pouvoir s’amuser, la plupart de mes preuves ont disparues…

En gros, pour me remercier d’avoir testé ton machin, tu viens juste de supprimer ma vie informatique, plus de 20 ans de travail, des milliers de fichiers originaux, des millions de lignes de codes…

Comme tu as pu le voir au cours de mon récit, j’en ai fait des efforts pour toi, mais là, j’arrête les frais, ce n’est plus possible, de toute façon je n’ai plus l’envie, c’est plié, adieu Apple…

Il est 2 h 30 du matin, l’iMac est sur la table d’opération depuis 17 h 30 et je crois que je vais arrêter de me battre, je dois accepter, c’est ainsi, c’est la vie.

Je ne suis même pas en colère Tim, tu vois, quand l’iMac fonctionnait encore, je pestais à chaque bug et je m’énervais 50 fois par jour, maintenant, je n’ai plus rien, donc fatalement plus de raison de m’énerver.

Non, je ne suis plus en colère Tim, je suis juste triste et plutôt serein, aujourd’hui j’ai une idée claire de mon avenir, car il ne sera plus lié à l’informatique, ces expériences ont eu raison de ma passion, je vais maintenant pouvoir me consacrer à des choses plus importantes, mes enfants, mon jardin, mes amis, ma famille et l’écriture, j’aime écrire.

Salut à toi, Tim, bonne chance pour la suite.

Ce fut malgré tout une belle aventure.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa
Page suivante »

Pourquoi je suis optimiste ?

Publié le 27 décembre 2014 par Maître Maa dans Journal

wp-media-8

Révolution…

On me reproche souvent des prises de position un poil trop « irrévocables »…

Hm…

Bon déjà, j’écoute les reproches que l’on me fait, et je les entends bien, mais…

Comme dirait Étienne Chouard, on devrait vraiment se concentrer sur la vraie cause et arrêter de perdre notre temps sur les mauvaises, généralement initiées par ceux-là mêmes qui ont un intérêt à ce que l’argent du contribuable soit avalé par le futile pour bien noyer l’important, voire le vital et éviter que le commun des mortels ne s’aperçoive qu’il est dans la Matrix…

Comment expliquer un état de fait, institué depuis plusieurs siècles par nos élites, toujours représentées actuellement par les marionnettes des gouvernements, touchant pratiquement tous les rouages de la société à une échelle mondiale, une stratégie tranquillement installée à grands coups de corruption à tous les étages et dont aucun homme politique actuel (dans le monde) n’échappe, aucun.

J’en suis bien incapable, je n’ai pas (encore) l’érudition nécessaire, mais je tends à y parvenir un jour, en attendant je m’informe, et concernant le paragraphe précédent, je pense que quelques vidéos de Chouard répondront pour moi.

Moi je suis un autre type d’éveillé, je sais d’avance où le menteur veut m’emmener, et ne tombe donc pas dans son petit piège pathétique.

Mais je vois aussi, de par mes lectures diverses et variées, que cette prise de conscience semble se généraliser sur toute la planète, et qu’un peu partout, des actions pacifistes sont menées avec des résultats plus que probants…

Ces actions, même si elles sont localement « amusantes » ne sont pas moins autant de revenus qui échappent au capital… aie…

Si on recoupe l’idée générale telle que très bien racontée par Étienne [1], on comprend que tout s’inscrit dans un schéma mondial parfaitement bien huilé… huilé oui, enfin presque…

Techniquement parlant, le capital en est arrivé à un point où, emporté par une logique implacable et exponentielle, il se retrouve confronté à deux variables qu’il ne gère pas, le temps et la finalité physique de notre planète.

Pour le temps, on ne va pas rentrer dans les explications quantiques, absolues, relatives ou cordiennes, prenons le juste pour ce qu’il est, un flux qui s’écoule régulièrement dans un seul et unique sens.

La finalité de notre planète, c’est simplement le fait que, quelles que soient les ressources qu’elle possède en son sein, celles-ci sont de toute manière limitées au volume de la planète elle-même qui est fixe et représentent donc un ensemble fini.

Partant de ces deux postulats, essayez de me fabriquer une équation en ajoutant une variable coût des ressources dans le temps aux deux précédentes ci-dessus expliquées, faites évoluer le prix de vos ressources sur une base spéculative exponentielle, et laissez mijoter quelques siècles…

Quel que soit le modèle économique choisi, si celui-ci est spéculatif, l’équation explose à un moment donné, elle ne peut être stable.

Aujourd’hui, le système qu’il est bien pour nous mais qu’il est quand même extorqué par nos marionnettes gouvernementales est arrivé à une étape forte de son existence, sauf qu’il n’est pas mature…

Ce système de sponsoring politique qui consiste à aider financièrement un homme pour qu’il accède à un pouvoir qui lui sera ensuite tout acquis, ce système donc à une faille, Internet.

Jusqu’à aujourd’hui, le système était bien huilé, parce que les huileurs ignoraient ce qu’ils faisaient, le rôle précis de leur existence, ne se posaient pas de question, buvaient comme petit lait l’information qu’on leur transmettait.

Internet en permettant cette transmission par d’autres sources que la propagande officielle et recommandée [2], à surtout ouvert une boîte de pandore que les gouvernants, leurs marionnettistes plutôt, n’ont absolument pas pris en considération au moment de sa naissance, ne prenant pas la chose au sérieux, et ce fut leur plus grande erreur.

Depuis une bonne dizaine d’années, on à vu naître de nombreuses lois dans le monde pour protéger l’exception culturelle et les artistes en général, LEN, LCEN, DADVSI, Hadopi…, d’autres bien plus dangereuses ont été votées à l’échelle planétaire, toujours sous le couvert de protection de la culture et du commerce, et toutes l’ont été sans aucune concertation des concernés, à commencer par les peuples eux-mêmes.

Ces peuples, qui se retrouvent aujourd’hui coupables de crimes potentiels, car possédant simplement une connexion Internet… il y’a tellement d’infractions possibles que toute personne sur la planète possédant un abonnement Internet et s’en servant, peut à tout moment se retrouver à Guantnanmo…

Si vous ne voyez toujours pas…

Mais voilà, pour nous aider et nous démocratiser, nos très chers gouvernants [3], nous ont concocté une machine administrative ultra poussive, totalement déficiente, construite en dépit du bon sens, et surtout extrêmement lente, trèèèèèèèèèès lente…

Mais lente ne veux pas dire immobile, et à cause de quelques irréductibles qui s’accrochent à leurs procédures, les couperets finissent par tomber les uns après les autres, qui sont autant de faits accablants qui ouvrent les esprits à leur manière, et là aussi, c’est une évolution exponentielle…

Résultat, ils sont pris par le temps, et agissent donc à découvert, sûrs de leurs impunités, mais le temps joue en notre faveur, le leur se compte en jour, ils ont des ascenseurs à renvoyer dans des temps impartis par leurs sponsors, nous on à rien à perdre, encore moins notre temps.

Nous sommes de plus en plus nombreux à voir les signes de cette corruption globale et à voir que toutes ses petites actions locales ont finalement un impact énorme sur le système global, l’évolution ultra répressive des lois dans le monde ses dernières années est un signe que les marionnettistes ont les chocottes, ils cherchent à discréditer, ne proposent rien de concret alors que la demande est extrêmement forte partout, se complaisent dans leurs discours dégoulinants de cynocrisie, usant de leurs pouvoirs relatifs pour faire taire toute objection, car ils savent qu’ils ont perdu le contrôle :

L’information ne leur appartient plus, ils ne peuvent plus mentir.

Oui ce pouvoir est relatif, et toute personne qui cherche l’information partout ailleurs qu’à la source officielle le sait très bien.

Alors si ma position est encore irrévocable à vos yeux, c’est juste parce que vous n’êtes pas encore allé vous informer ailleurs, et il est temps que vous vous y mettiez, après vous verrez que ma position n’est pas si extrémiste…

Non, je suis optimiste, car pour chaque petit bâton jeté dans leurs roues, ce sont des milliards qu’ils perdent et pour certains, c’est de plus en plus près de la vraie banqueroute…

Nous au contraire, on gagne en qualité de vie, on n’aime pas leurs produits alors on fait autrement, et eux, ben ils commencent vraiment à pleurer, et c’est cool, faut pas lâcher, on tient le bon bout, et puis, on est bien trop nombreux et pas si pressés… finalement 😉

Eux par contre… ils peuvent disparaître aussi vite que les dinosaures.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Notes

[1] :Voir la vidéo sur les 1 % qui se gavent comme jamais, expression que vous m’entendrez souvent employer d’ailleurs, vous savez maintenant pourquoi.

[2] : En plus des 5 fruits et légumes bien entendu.

[3] : Ne vous inquiétez pas, on à gardé les factures.

Page suivante »

Soyons fier de notre système judiciaire… ou pas !

Publié le 22 décembre 2014 par Maître Maa dans Journal

jeff-koons-parodi--par-lili-oto

Bonjour journal, salut lecteur,

Je suis, au dire de Mme Taubira, un justiciable fier du système judiciaire qui le défend et qui, toujours selon elle, est ici à la Réunion plus que compétent, la preuve étant le si petit nombre de dossiers en souffrance…

Je ne saurais trop lui conseiller de consulter un spécialiste, à sa discrétion un ophtalmo ou un psy, mais un tel aveu d’aveuglement est quand même quelque peu inquiétant pour quelqu’un qui exerce un mandat public requérant de telles responsabilités.

Fier ?

Euh…

Un énorme mensonge du genre : « oui, il est possible qu’il puisse y avoir éventuellement de petits dysfonctionnements locaux et ponctuels dans de très rares cas où l’instance judiciaire est mise à défaut sur l’ensemble de ses constats autant sur la cause à pourvoir, mais aussi sur le sentiment aspiré de sa compétence absolue, sans oublier la nécessité de favoriser l’ajout intrinsèque d’un contrat générique… en partie… », serait très certainement mieux passé que cette énorme faute de goût consistant à juste éluder le sujet.

Comment pourrais-je être fier de ce système judiciaire qui se moque royalement de moi depuis bientôt deux ans ?

Les avocats réunionnais, très et trop chèrement payés aux goûts de bien des « défendus » locaux, sont, semble-t-il, tous atteints de la même maladie, proche d’alzheimer, mais pas assez pour être interdit d’exercer, et ont tous un problème d’emploi du temps, qui dès qu’il s’agit de bien vouloir répondre aux clients en provenance de l’aide juridictionnel, n’arrivent pas à lui trouver un créneau.

Créneaux qui quand il s’agit d’envoyer une relance pour impayé ou restant du, deviennent comme par magie disponibles en nombre.

Ah que je suis fier…

Ah ses petits oublis involontaires que l’on nous demande d’applaudir fièrement, les conclusions déposées trop tard, les éléments manquants, quand le dossier n’est pas tout simplement vide.

Mais Mme (dernière fois que je vous accorde une majuscule, faut pas abuser non plus, j’ai mes limites et ma fierté, bordel…), l’handicapé que je suis (ou j’étais plutôt au moment des faits) est super fier de savoir qu’il vit dans un pays où se faire gentiment casser la figure, pardon, je vais reprendre dans votre langue mme.

Mais mme, l’handicapé que je suis est super fier de savoir qu’il vit dans un pays où, une agression sur personne vulnérable est interprétée par les instances comme « avoir l’outrecuidance de profiter de son handicap pour mettre volontairement sa personne dans la trajectoire des poings de son adversaire dans le but d’obtenir une réparation financière dans une procédure ultérieure, le tout de manière préméditée »…
Je présume que je dois prendre le classement de mon affaire comme un geste magnanime du système à mon encontre qui à préféré ça à une procédure contre moi ?

Mais mme, c’est même avec une petite larme que je passe mes soirées au pied de « ma bougie chauffe plat » à comptabiliser le nombre absolument incroyable d’incohérences qui parsème mon dossier, tout en aiguisant tranquillement mon couperet pour me passer le temps et parce que j’aime cette douce et mélancolique mélodie de la pierre glissant paresseusement sur le fil…

Mais mme, c’est même avec une fierté non contenue que j’applaudis les décisions abjectes de nos chers (très chers, trop chers) procureurs, et c’est dans l’abandon le plus total que je m’incline lorsque vous mutez un vendu du système parce que le bougre, excusez l’insulte, le bougre disais-je à eu l’audace de pointer les dysfonctionnements du système et que cela servait les intérêts des justiciables réunionnais… que le diable m’emporte, mais nous vous devons la vie sur ce coup la mme…

Et nous vous la rendrons, sur le cou… aussi.
guillotine-ikea-02

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa
Page suivante »

Peuple de France, le premier ministre te demande de te rebeller, lève toi et écoutes le…

Publié le 15 décembre 2014 par Maître Maa dans Journal

 

un-depute-francais-au-travailAux armes citoyens…

Ne prenez que les quatre premières minutes de la vidéo, essayez tous du moins de les regarder entièrement, c’est très dur, je sais.

Il s’agit d’une déclaration de notre premier ministre qui appelle à la rébellion du peuple français, pas moins…

Monsieur le premier ministre, vous ne comprenez pas pourquoi les Français ne sont pas descendus en masse dans la rue suite à l’agression (encore) d’un ressortissant d’une faction minoritaire d’une communauté elle-même minoritaire ?

Vous ne comprenez pas pourquoi les Français sont si peu nombreux à soutenir cette, toujours elle, communauté à laquelle vous êtes personnellement très attaché ?

Vous ne comprenez pas que les Français commencent à avoir du mal à digérer votre propension à déverser votre bile dès que la, encore elle, communauté en question est un tant soit peu égratignée, le tout sur coulis d’antisémitisme, et que c’est peut être pour ça que justement ils n’étaient pas dans la rue, monsieur le premier ministre, parce qu’à force de nous gonfler avec vos salades, on finit par se lasser.

Non, le peuple de France n’est pas majoritairement attaché à cette communauté à laquelle vous vous l’êtes, et en l’appelant à la rébellion, espérez juste que cette fois il ne vous écoute pas en masse.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa
Page suivante »

Réunionnais cherche système judiciaire pour son Île…

Publié le par Maître Maa dans Journal

1493174_710731142280632_868053777_n

Mais où est donc passée la justice de la réunion ?

Imaginez un ami, un vrai, un de ceux que l’on compte sur les doigts d’une seule main.

Imaginez que cet ami ait un fils et que ce fils soit avocat ici à la réunion.

Alors, imaginez maintenant ce que l’on peut ressentir quand on vient de passer un an à faire confiance au fils de son ami et que l’on découvre qu’il s’est moqué de tout le monde (son père y compris) et qu’en fait il est aussi pourri que tous les autres avocats du coin ?

Je n’en veux pas à mon ami qui le restera, mais ce que son fils m’a fait restera gravé longtemps dans ma mémoire, profiter ainsi de la détresse de quelqu’un pour l’entuber en profitant de cette confiance aveugle accordée à son père.

Il a profité de mes rapports avec son père pour me vendre sa camelote et moi, j’y suis allé en totale confiance.

À la réunion donc, il n’y à pas d’avocat, aucun, ce sont tous des pourritures et aucun ne sort du lot.

Il n’y a plus de solutions ici, le syndicat des avocats doit être dissous, et la profession nettoyée en profondeur, il n’est pas normal qu’une profession aussi importante soit si peu contrôlée, aucunement surveillée, pas du tout cadrée et donc totalement impunie.

Page suivante »

Papatribuables du monde entier…

Publié le 23 octobre 2014 par Maître Maa dans Journal

wp-media-45

Alors papa, ton retour se passe bien ?

C’est que tu comprends, n’ayant pas voté pour toi, je constate avec amertume que les raisons qui m’ont fait fuir les isoloirs ce jour-là étaient bien réelles, mais aussi bien justifiées, l’actualité Tamponnaise me confortant jour après jour dans mes décisions de fuir ce système que tu aimes tant.

Tu sais papa, quand tu as annoncé ton intention de revenir, un de mes neurones chargés de la bonne marche des poils internes de ma narine gauche n’a pas supporté le choc et à immédiatement demandé sa mutation pour devenir amibe dans le grand côlon… d’après lui, quitte à être pris pour de la merde, autant que cela se fasse dans les normes et le bon environnement.

Pour ma part, je n’avais déjà pas trop envie de me prendre la tête avec toutes ces contingences matérielles et l’annonce de ton retour m’a convaincu que j’avais pris la bonne décision en organisant pour ce jour-là une balade avec mes enfants le plus loin possible des isoloirs.

Je savais que tu allais gagner ces élections au Tampon, c’était couru d’avance, la mémoire collective aidant et tu le sais, il te suffisait de la jouer bien démago là où il faut et toutes les pleureuses de l’île de se mettre à tes ordres.

Pathétique n’est il pas, mais tellement vrai, et nous le savons tous les deux.

Rien qu’une larme…

Si on m’avait dit qu’en allant voter pour toi ce jour-là, je m’assurais plus tard la prestation scénique, mais néanmoins désolante d’une vielle idole des jeunes que les moins de 75 ans ne peuvent pas connaître, c’est sûr que je n’y serais pas allé du tout, soyons honnête, si l’affaire Frédéric François et surtout son coût exorbitant avait été ne serait-ce que sous-entendue pendant ta campagne, tu en aurais été quitte pour te payer (à nos frais bien entendu) une retraite scandaleusement imméritée.

Mais bon, tu nous connais, pour ce genre de petits détails on est prêt à quelques sacrifices, que tu ne mérites pas un centime de tes pairs est une chose, mais face à l’urgence je vote pour ton repos, c’est mon côté fleur bleu, je sais… de rien, c’est un plaisir, quand même, merde !

Alors ce matin quand j’ai ouvert la lettre de la société Sudéau me demandant de lui fournir toute une page de renseignements personnels, RIB compris bien sûr, j’ai été un peu surpris tu comprends.

Là encore, je vais passer pour l’emmerdeur de service, mais quand je vois que l’un des détails les plus flagrants rencontré dans la grande majorité des arnaques, pardon, des affaires, non plus, des mascarades politico-industrio-financière, c’est justement la multiplication des intermédiaires, je suis alors en droit de me demander si Le Tampon ne serait pas en train d’essayer d’enfiler encore un peu plus ses administrés.

Qu’est-ce donc que cette nouvelle entreprise qui n’existait pas hier ?

Le syndrome du robinet !

Mon cher papa, que tu veuilles améliorer la qualité du réseau de distribution de l’eau au Tampon est appréciable, ne boudons pas le plaisir quand il se présente, mais sachons le consommer avec parcimonie, on ne sait jamais.

Oui donc, que tu t’actives enfin autour de ce petit problème de l’eau au Tampon est certes appréciable, mais tu oublies un peu vite, que même si cette fameuse mémoire collective tant à se dissoudre rapidement dans le temps, il est de ces choses que personne ne peut oublier, et en ce qui concerne ce petit problème d’eau, tu apparais un peu comme un expert dans l’embrouille, si ce n’est son initiateur, tu comprendra alors que sur ce sujet en particulier, la moindre de tes déclarations ou le moindre de tes actes, mérite (contrairement à tes émoluments) l’attention de ce peuple que tu es censé représenter.

Ah ce réseau que tu connais bien pour l’avoir méticuleusement ignoré dans la pratique pendant presque toute ta carrière politique, tout en l’utilisant dans la théorie pour tes campagnes.

Tu m’excusera auprès de ton copain de la société machin, mais je ne lui renverrai pas le document demandé, tu dois certainement avoir encore quelques amis à la Cise qui se feront un plaisir de tout te communiquer en parfaite illégalité et dans le parfait non-respect des lois, comme tu le fais si bien pour toutes ces petites tracasseries de la vie que tu gères pour toi, euh pour nous pardon, depuis que tu te tournes les pouces en politique.

Non je ne transmettrais pas un énième RIB, non je signerais pas un énième contrat et non je ne remplirai pas une énième fiche de renseignements personnels, parce que tu comprends, je fais parte de ceux qui ont les yeux ouverts et qui voient très bien que tout ceci n’est que fariboles pour occuper la scène.

Les robinets ont donc un modèle de fonctionnement qui semble parfaitement s’adapter aux exigences des politiciens, ils permettent aux fonds de couler à flots quand il s’agit d’aider ou de financer des projets ahurissants, hors de prix, inutiles ou ne servant finalement que quelques rares intérêts personnels et généralement proches de l’élu pilotant la vanne, et ont de grosses difficultés à assurer le débit minimum dès qu’il leur est demandé de faire leur travail pour la communauté… mais c’est toujours le même élu qui tourne… ou pas le clapet.

Je suis donc au regret, mon cher (très très très cher) papa, de t’annoncer que je ne cautionnerai pas cette nouvelle tentative de ta part de vouloir me prendre un peu plus de ce que je n’ai déjà plus, je te parle d’argent bien entendu.

Ne nous méprenons pas, tu ne me prendras jamais ni mon honneur ni ma fierté, d’abord parce que je ne te laisserais pas faire, mais surtout parce que je sais que ce n’est pas derrière ce genre de notions que tu cours, bien au contraire.

Et au passage, si tu croises les types d’EDF, dis-leur que j’attends toujours leur passage depuis Bejisa et que mon fil, qui tenait encore bien jusque là, va bientôt électrocuter tout le quartier, mais bon, cela ne fait que quelques années qu’ils sont au courant, ah ah, au courant… hm…

L’addition s’il vous plaît…

Ta petite famille est en train de se poser de sérieuses questions mon petit papa, tes enfants ont été extrêmement déçu par tes inactions et ton retour n’a pas été apprécié comme tu le voulais, tu le sais et comme moi tu sais aussi que tout ton système ne tient plus qu’à un fil, tu t’y accroches encore un peu, le temps de gratter au maximum ce que tu pourras.

Ce que tu ignores, ou plutôt, ce que tu voudrais nous faire croire que tu ignores, c’est que tout ce que tu es en train de gratter ne te servira à rien, et tu le sais, quand la roue tournera, tu deviendras transparent comme tout le monde, tu n’auras plus tes petits pouvoirs, tu seras un citoyen comme un autre, enfin non, pas toi en fait, tu ne deviendras jamais un citoyen comme un autre, tu as déjà été jugé et ta douloureuse t’attends là-haut.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa
Page suivante »