Pendant ce temps, les arnaqueurs courent toujours…

wp-media-6Mais comme ils ne font pas des quenelles…

Je le répète fort souvent : ça n’arrive pas qu’aux autres…

L’histoire qui suit pourrait très bien être celle d’un de vos voisins que vous croisez tous les jours, mais elle est tellement aberrante que jamais vous n’imagineriez qu’elle puisse seulement exister, et pourtant.

Attention à ce que vous mettez sur Facebook !

C’est connu, Facebook est le seul site sur lequel on donne des informations nous concernant… hm ? Vous êtes sûrs ?

Faite donc l’expérience suivante : tapez votre patronyme complet dans Google et admirez le résultat.

Ça fait peur hein ?

Jamais vous n’auriez imaginé voir des infos sur vous sur autant de sites, Facebook n’en étant qu’un parmi les autres !

Imaginez maintenant ce que le petit expert que je suis pourrait faire avec tout ça, enrobé dans de jolis textes pleins de fautes, et surtout pleins de mots qui font peur et des tournures du genre « je ne suis absolument pas un expert mais je t’embrouille pour que tu le croies… »

Voilà comment ça commence, l’arnaqueur, c’est son nom, va cibler sa victime en fouillant dans les informations qu’elle a elle-même publiées, il va en récupérer un maximum d’éléments et va ensuite les utiliser pour fabriquer l’histoire qui fera mouche.

D’abord quelques appâts sous forme de dialogues aux apparences tranquilles, postés un peu partout, une négociation sur leboncoin, une discussion sur un forum de plantes vertes, autant de banalités qui vont endormir la future victime qui ne se doute pas qu’il puisse s’agir de la même personne sur plusieurs sites différents.

Ensuite, on passe à la phase d’hameçonnage qui consiste à obtenir un dialogue privé

Grâce à une fausse discussion entre deux grandes personnes, le pauvre homme se laisse abuser par la super bombe atomique, généralement jeune, blonde et bien fournie, et, de simples courriels échangés, la relation va passer à la messagerie privée, si possible avec Webcam, Skype ou MSN étant les deux plus grandes technologies détournées par ces salopiots.

Ce paragraphe est bien entendu identique au féminin, la pauvre dame se laissera abuser par un Chippendale, généralement jeune, brun, et bien bâti…

STOP ! Déjà là, on est trop loin…

Tout comme vous pouvez être sûr que les seuls organismes à avoir le pouvoir de gérer votre argent sont les banques, dites-vous que les seuls organismes capables de gérer les histoires de cœurs sont les sites de rencontres… et uniquement les sites de rencontres.

Donc fatalement, une histoire de cœur qui vont tombe sur le paletot au détour d’une conversation par messagerie instantanée et par le plus grand des hasards, à quand même de forte chance d’être bidon, surtout quand le futur amour de votre vie est à tomber par terre.

Mais alors, quand la correspondance glisse tranquillement vers le déshabillage physique en bonne et due forme… l’alarme doit se mettre à sonner dans tous les sens.

Malheureusement, l’arnaqueur ayant fouillé dans la vie (publique) de sa victime, il va jouer sur ses cordes sensibles, usant de ses charmes (dans tous les sens du terme) pour arriver à ses fins.

Et quelles fins, mes alleux, quelles fins !

Généralement, c’est là que la véritable arnaque commence, après avoir réussi à vous piquer une photo (ou une vidéo) un peu osée, l’arnaqueur va alors tenter de vous vendre son silence, ce qui sachez le tous de suite est une double arnaque, puisqu’il n’hésitera pas à mettre ses menaces en pratiques même si vous lui payez ce qu’il vous demande.

Ci-après, je vous livre copie d’une arnaque réelle qui vient de se passer, et qui n’est peut être pas encore terminée, si vous recevez ce message, vous avec le devoir d’en rire tellement c’est du grand art.

Message d’un arnaqueur, fautes comprises :

Monsieur,

Je suis MR GILLET BERNARD, Commissaire de la police Internet sécurité informatique. [1]

Il y a de cela une semaine mes agents ont fait une saisie informatique à votre encontre pour acte d’Exhibitionniste, Cyber Pornographie, Pédophilie Et Pervers sur le réseau informatique Européen qui fut intercepté par le système sécurité informatique Européen qui a été mis en place. Ces actes commis par vous (Exhibitionniste, Cyber Pornographie, Pédophilie) sur le réseau Internet Européen constitue une infraction et un délit puni par la loi.[2]

Je voudrais vous faire savoir que ces actes ont étés commis après avoir invité sur le chat skype (Messagerie Instantanée) . Suite a cela votre conversation a été enregistrée et une vidéo dénudée de vous a été enregistrée par notre système de sécurité lors de la conversation (car vous vous êtes mis nu en webcam). [3]

NB: VEUILLEZ TROUVER LA VIDÉO DE VOUS ENREGISTRÉE EN PIÈCE JOINTE.

NOUS AVIONS TROUVE SUITE À UN SCANNER VOS COORDONNÉES :

NOM : MUDDA
PRÉNOM : ALBERT
SEXE : HOMME
PAYS: FRANCE
VILLE: :LE TAMPON
ADRESSE ÉMAIL: :ALBERT.MUDDA@MON-SUPER-DOMAINE.COMME

P.S   Veuillez prendre contact avec moi le plus vite possible afin de vous fournir les conditions à remplir pour l’annulation de votre dossier.

Faute de quoi, je me verrai dans l’obligation de transmettre mon rapport au niveau du bureau de Votre Ambassade pour l’établissement d’ une plainte et un Mandat d’Arrêt International qui à son tour contactera la Gendarmerie de votre ville pour votre arrestation. Ainsi plusieurs sites Internet et chaînes TV pour leur transmettre les VIDÉOS a caractères pornographiques pour une diffusion ou vos proches, votre famille et tous le monde entier verront votre arrestation et ce que vous faites devant votre ordinateur.

Dans l’attente de vous lire le plus tôt possible, dans les 24 heures.

Cordialement,

Monsieur GILLET BERNARD

Commissaire De La Police Internet

Pour ma part, j’ai flairé l’arnaque au troisième mot (MR), et je l’ai confirmée quelques mots plus loin, à cause de l’abus de majuscules.

C’est pompeux, c’est lourd et c’est surtout indigeste, les majuscules aidant.

En informatique, les majuscules ont le même sens, et surtout le même effet que le cri, si je vous adresse la parole dans la rue en vous criant dessus comme un taré, vous allez plus vous inquiéter qu’autre chose.

Imaginez la scène, vous marchez tranquillement sur le trottoir et un inconnu vous aborde vous hurlant à l’oreille  

BONJOUR, MONSIEUR, VOUS N’AURIEZ PAS L’HEURE S’IL VOUS PLAÎT ?

Personnellement, je lui en colle une par pur réflexe.

Pour la bonne bouche, je vous livre ci-après quelques impressions sur la suite de cette fantabuleuse lettre, en vrac  

  • Trop de majuscules, ça c’est déjà dit, mais il en rajoute une couche, donc bon.
  • Des informations qui ne servent à rien comme préciser le sexe, ça, c’est au cas où vous auriez oublié à quel genre vous appartenez, pourquoi pas, effectivement.
  • La vidéo en pièce jointe, cool, vous aviez justement oublié de l’enregistrer…
  • Le SCANNER, appareil très connu dans les séries américaines, beaucoup moins sur le net…
  • Pleins de lignes, pleines de mots, avec quelques fois des phrases, mais pas toujours… du lourd et pompeux, fort drôle au demeurant, ce qui est normal de la part d’un demeuré…
  • On en arrive à l’ambassade… mais qu’est-ce qu’elle vient foutre ici ? À part nous donner une indication très importante sur l’auteur, qui, semble-t-il, vit dans un autre pays, et qui confirmerait le caractère louche de la missive.
  • La cerise : le coup du mandat d’arrêt international… là, vous êtes dans l’obligation de vous pisser dessus de rire, quand on sait qu’on attend toujours celui de Carlos…
  • Email accentué ça fait émail et à part au fond d’une casserole, je ne vois pas trop ce que ça vient faire ici…

Ces petits détails sont en fait très importants, car ils font ressortir les habitudes culturelles, le niveau de langage et le niveau intellectuel global de l’auteur, qui sur ce coup-là s’est quand même furieusement lâché, il faut le reconnaître.

Je n’irai pas plus loin, j’ai une belle mère sur le feu et un reste de purée à réchauffer pour mes deux gamins.

Bon en attendant que ça cuise, il est important de bien préciser que pour moi, c’est une chose aisée de reconnaître l’arnaque en seulement quelques instants, mais voilà, je ne suis pas tout le monde, j’ai une certaine expérience de la toile, acquise par butinage depuis… euh… la fin des années 80, vers 1987/89.

Alors comme ce genre d’expérience ne s’apprend pas en deux minutes au détour d’un article posté sur le web, comme celui que vous êtes en train de lire, retenez juste ceci :  

En cas de doute abstiens-toi, et si tu ne sais pas, demande.

Tout le monde à au moins un connaisseur dans ses amis, alors ne vous laissez plus embarquer dans des galères innommables, vos amis sont là pour ça, des gens comme ZenEthic (sur Facebook), voir même, et là je m’engage carrément, des gens comme moi.

N’hésitez pas à poser vos questions, nous nous ferons un honneur d’y répondre et de vous aider (discrétion assurée), je préfère prendre 5 minutes, 10, 20, une heure ou deux s’il le faut pour empêcher un drame, j’ai déjà entendu parler de suicides causés par ce genre d’arnaque et ça me fait quelque chose.

À faire suivre, même si c’est long, je sais, mais que voulez vous, c’est un sujet compliqué, difficile de faire court.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Notes

[1] : On commence très fort avec pas moins de 4 mensonges plus ou moins gros sur une seule ligne :

  1. C’est connu, les organismes de police rédigent toujours leur courrier à la première personne, hm !
  2. Mr c’est de l’anglais, en français c’est M., subtil, mais pour moi cela trahi les habitudes culturelles de l’auteur. Ceux qui pensent que ce genre de fautes est courantes aussi chez les Français, je dirai oui pour la plupart, mais ça reste rare quand c’est un organisme d’état qui vous écrit, re-hm !!
  3. Une recherche Google avec le patronyme de ce monsieur donne trop de résultats dont aucun en rapport avec une police quelconque, re-re-hm !!!
  4. Commissaire de la police Internet sécurité informatique, à peine pompeux, il a oublié de préciser secteur de la criminalité infantile par omission intrinsèque sous section pédophilie terroriste cyber mafieuse en agrégation permanente du substrat théologique manifeste…, pour être sérieux, un petit coup de Google sur le titre et on sait immédiatement à quoi s’en tenir, re-re-re-hm !!!!

[2] : Deuxième salve qui vaut son pesant de cacahuètes en platine :

  1. mes agents ont fait une saisie… Généralement, quand des services de police font une saisie, vous êtes aux premières loges, et ce même quand il s’agit de données informatiques, qui dit saisie dit présence d’agents chez vous et ça, vous ne pouvez passer à côté sans les voir.
  2. Un acte d’Exhibitionniste, mon dictionnaire est encore en train de chercher.
  3. Pédophilie Et Pervers…, théorie des genres ou conjugaison artistique, mon cœur balance.
  4. …sur le réseau informatique Européen qui fut intercepté par le système sécurité informatique Européen qui a été mis en place. S’il n’y avait le manque de ponctuation, on aurait presque pu croire à une promesse électorale… superbe exemple de phrase vide de sens
  5. une infraction et un délit puni par la loi… Il manque les références des articles de lois concernés, au pluriel puisqu’il y’a apparemment une infraction et un délit.

[3] : Le troisième paragraphe est comme les deux précédents bourrés de mensonges, la suite du courrier aussi d’ailleurs, il n’est donc pas vraiment nécessaire de faire un démontage point par point, on en à déjà assez pour en conclure à l’arnaque.

CatégoriesNon classé

5 réponses sur “Pendant ce temps, les arnaqueurs courent toujours…”

  1. Moi, Commissaire de la Police Internet, ça me rend carrément crédible le message que tu cites ! Surtout si la première des punition, alors qu’il n’y a pas eu de procès, est de jeter l’opprobre sur le suspect (et on ne jette pas l’opprobre avec l’eau du bain) en informant sa famille et chaînes télé ! Et puis, pervers, ce n’est pas illégal… Tu reçois de bien beau messages, on voit que tu es sur le net depuis ARPANET… De l’usage de l’expérience.

  2. Au fait ! Et ça n’a rien à voir, tu peux supprimer ça après lecture : il n’y a pas un module qui permette de mettre en page les réponses, même sommairement ? Les passages à la ligne ne passent même pas.

Les commentaires sont fermés.