Qui n’en veux de mes bananes ?

wp-media-35Fin de silence

Je n’ai plus rien à perdre, je suis à la rue dans quelques jours, le temps de clore un peu tous mes contrats me liant encore à cette société pourrie et je pars sur les routes de la Réunion en ermitage.

Être père au foyer en France est déjà une complication en soi, mais être père au foyer dans une république bananière, ce n’est franchement pas simple.

Les irrégularités repérées dans mon dossier démontrent malheureusement qu’il y’a comme qui dirait un gros problème dans sa gestion, de là à parler de collusions entre les parties concernées, il y’a à un pas que je n’hésite absolument pas à franchir.

Alors que la partie adverse se permet royalement de bafouer l’Ordonnance de non-conciliation (6 infractions constatées, avocat(e) informé(e)), celui(celle)-ci n’à pas rebondis pour faire pencher la balance de mon côté.

La plainte déposée contre l’amant classée (agression sur personne diminuée par une personne bien portante le tout sous les yeux de ses enfants, une paille en gros, pas la peine d’en faire tout un plat finalement hein ?)…

En me baladant sur la toile, je découvre un site péi qui relate de nombreuses affaires fort ressemblantes, le collectif Eveil Citoyen 974.

Des magistrats qui ne font pas leur travail, ou qui travaillent pour la partie adverse en pratiquant l’inaction comme principe de fonctionnement, des pouvoirs publics qui classent des affaires pour de sombres raisons administratives, qui ne sont pas les mêmes selon le plaignant.

Pour moi, on classe parce que j’oublie de me rendre aux convocations de la gendarmerie, alors que dans le même temps, la plainte de mon agresseur (si si, il a porté plainte aussi, je présume que ce doit être pour m’accuser de m’être mis sur la trajectoire de ses poings) est retenue, je suis convoqué (une seule convocation, 1, UNE, singulier), et comme tout citoyen respectueux des pouvoirs publics, je m’y rends pour m’expliquer.

Je me suis plusieurs fois rendu à la gendarmerie pour demander où en était mon affaire et l’on m’a gentiment (ironie) répondu que je devais attendre, car je serais contacté pour la suite (j’ai même très bien ressenti que je les emmerdais à force de venir demander des comptes), ce que j’ai fait en toute confiance…

Alors quand j’apprends que ma propre plainte a été classée parce que je n’ai pas répondu aux convocations de la gendarmerie (plusieurs, pluriels), j’ai comme qui dirait du mal à comprendre.

Et pourtant les gendarmes ont bien essayé de me joindre, par tél. fixe, sur mon GSM et ils ont même (enfin, c’est ce qu’ils m’ont dit) envoyé DES convocations postales…

Je suis fortement diminué après un accident de la route et je suis la plupart du temps chez moi, comment expliquer alors que je n’ai pas eu toutes ses convocations, alors qu’une seule à suffit concernant la plainte de mon agresseur.

En bon inconscient, j’ai donc volontairement apporté de l’eau au moulin de mon adversaire et dans le même temps j’ai fait ce qu’il fallait pour que ma propre plainte soit classée.
Aujourd’hui, je suis plus que diminué, en plus des blessures physiques à mes jambes, j’ai maintenant une énorme blessure dans « la justice de mon pays ».

Le soir, je m’endors avec le doux bruissement de la pierre à aiguiser sur la lame de la guillotine en me fredonnant l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 :

Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs

France de merde, je te conchie, je t’exècre et je te dénie, je ne veux plus cautionner ce foutage de gueule permanent, alors je pars pour ne pas prendre les armes.

Maître Maa, guerrier-philosophe non violent, mais putain de remonté…

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa / TM, Citoyen divorçant, même combat
CatégoriesNon classé