Lettre ouverte…

wp-media-11Monsieur le président, je vous fais cette bafouille, que vous lirez sûrement si vous avez des…

Avant que les critiques ne pleuvent, je précise que le texte qui suit n’est pas de M. Bouvard comme de nombreux sites sur la toile voudraient nous le faire croire.

Et quelque part, on s’en fout de savoir qui en est le véritable auteur, car ce qu’il faut retenir, c’est la justesse des propos qu’il contient.
Monsieur le président…

Banane de Nôel…

DSCN0893Sans cadeaux.

Entre rire et larmes, j’ai choisi le rire, d’abord par fierté, être un mâle en 2013 n’est certes plus aussi excitant qu’à la bonne époque où ce terme avait encoure de la valeur, valeur aujourd’hui totalement absorbée par les destructions méthodiques perpétrées à grands coups de Femen et autre mariage pour tous (aie, j’ai dit un truc engageant là), mais quand même, on à sa petite fierté.

Donc le rire, parce que les larmes, ce n’est pas joli sur un mec.

Le rire aussi, parce que les larmes, tout le monde s’en fout royalement, c’est devenu tellement banal que cela passe totalement inaperçu.

Le rire parce que quand on n’a plus rien, ou qu’il ne reste pas grand-chose, c’est souvent ce qui nous sauve.

L’humour parce que je suis dans la mouise et que je suis le seul à avoir le droit d’en rire si je veux.

L’amour parce que c’est une notion que l’on ne me volera pas.

Le rire parce que le monde est à pleurer, enfin, pas le mien de monde, celui que tous les « ceux d’en bas connaissent et que les ceux d’en haut ignorent », non le leur justement, c’est le leur qui est à pleurer.

On pourrait se dire que quand on est pas loin des pauvres (dans tous les sens du terme) on devrait plutôt être attiré par un monde meilleur, sans chômage, sans violence, débordant de respect… et toute une liste de poncifs comme ceux que l’on entend si souvent sortir de la bouche de nos élus.

Que nenni, je leur laisse leur planète utopique trop parfaite, j’ai tellement mieux sous mes vrais pieds (cassés, mais encore un peu fonctionnel, on va pas se laisser abattre non plus).

Le rire parce que finalement c’est ça qui est bon.

Le rire parce que quelque part, je sais que l’avenir ne peut que s’améliorer, que le pire est derrière moi, et que désormais, la lutte est bien devant, bien identifiée, et surtout bien cadrée dans le collimateur.

Le rire surtout, parce que tous ces déconnectés de la politique ne savent pas ce que c’est et qu’ils en seront complètement désarçonnés.

Le rire, parce que c’est l’arme la plus puissante du monde et que M. Kalachnikov est (enfin) mort.

Le rire parce que nos sinistres ne sont pas drôles.

Le rire parce que j’aime la Réunion.

Le rire parce que ma citerne est pleine (j’ai encore prévu le coup cette année, n’est pas Tamponnais qui veux ho !).

Le rire parce que j’ai un jardin à tondre… euh non, là par contre faut pas abuser, il est certes important de décompresser au maximum quand on à pas grand-chose, mais il ne faut pas se mentir non plus, et puis, je déteste ça.

Le rire enfin, parce que je crois bien que c’est une des rares choses que je sache bien faire.

Le rire pour terminer, parce que je vais enfin retrouver mes gamins et que je leur ai promis une bonne bouffe à trois euros comme aiment et « que papa il sait trop bien faire la cuisine et qu’on l’adore », enfin, c’est eux qui le disent, juré :-°

Le rire parce que papa au foyer est le plus beau métier du monde et que si c’était à refaire, je signerait à deux mains.

Le rire parce que quelque soit ma situation, je suis vivant et ça, c’est un super cadeau, pour eux comme pour moi.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Je suis un négationniste…

wp-media-47Et je ne l’assume pas du tout !

Le 11 septembre 2001, j’étais chez un ami (je n’ai pas de télé, perso) et je fais partie de ceux qui ont vu le deuxième avion percuter la deuxième tour en direct…

Déjà, j’étais perplexe en voyant les images de la première en train de brûler, je n’arrivais pas à le croire, un peu trop Pearl-Harbouresque à mon goût, y’avais comme un truc qui ne collait pas.

Mais alors quand le deuxième avion est venu percuter la deuxième tour, là j’ai vraiment arrêté de croire ce que je voyais, et je me suis alors demandé quel était le véritable message sous-jacent dans tout ça.

Depuis cet instant, je suis catalogué comme étant un méchant pedocyberterroriste-négationniste qui nie la Shoah…

Vous l’aurez peut être remarqué, mais depuis cette date mémorable, toute personne qui se permet d’émettre un doute quant aux véritables responsabilités engagées ce jour-là (comprendre, qui n’est pas d’accord avec la nauséabonde version officielle du buisson marcheur) finira fatalement par se faire accuser de négationnisme et donc de nier la Shoah…

Je chercherais bien encore le rapport, mais j’ai autre chose à faire, c’est déjà dur de devoir vivre avec cette absurde et lourde casquette de négationniste (que je ne suis pas, je précise…), mais alors vivre avec en plus la fausse responsabilité d’être un négationniste qui nie la Shoah… dur !

Bon, je rétorquerais bien à mes détracteurs que je nie aussi la Terre Du Millieu, Tatooin, Dune et autre StarCommand, mais je ne suis pas sûr que tout le monde comprenne.

Petit rappel, « Shoah » est le titre d’un film français de Claude Lanzmann qui n’a absolument rien d’historique et qui est aujourd’hui instrumentalisée par une secte d’assassins politiques dûment élus dans le but de récupérer cette sombre partie de l’histoire de notre planète pour servir ses propres intérêts tout en vomissant royalement sur les véritables victimes qui n’en demandaient pourtant pas tant. Et si l’ont en croit ceux qui aujourd’hui fanfaronnent devant les médias pour faire abattre des bouffons comme Dieudonné, c’est même un mot qui devrait être bannis de la langue française, mais comme ils ne sont pas à une contradiction près… bref !

Je suis complètement apolitique, fortement agnostique, légèrement asocial, mais très certainement pas aveugle, je n’aime pas prendre position au nom des autres ou d’une cause, je prends généralement mes propres risques en disant ce que JE pense et j’apprécie moyennement d’être catalogué à l’insu de mon plein gré.

Aujourd’hui, au détour de plusieurs sites web, je découvre, avec presque un peu d’amusement si le sujet n’était pas aussi grave, que le Sénat états-unien vient de déclarer l’enquête officielle comme étant apparemment plus que bancale et manquant de preuves (méthodiquement supprimées apparemment, ouaouh !).

Les mensonges tombent, la lumière commence à se faire, et franchement, après avoir subi les colifichets les plus nauséabonds pour avoir osé prendre une position qui me faisait sortir du moule, je suis ravi de voir que la roue tourne.

Si les abrutis qui m’ont insulté ses dernières années traînent encore par ici, je ne leur dirai qu’une chose, planquez-vous vite, la justice est en train de rattraper le temps perdu, et vous êtes vraiment en très mauvaises postures.

Quant à moi, je n’ai jamais pris très au sérieux les accusations portées à mon encontre, ayant toujours eu foi en mon libre arbitre, mais j’avoue que si les vrais coupables pouvaient être raccourcis, ça ne me ferait ni chaud ni froid.

Stop aux amalgames, douter d’une information ne fait pas de vous un négationniste, un antisémite et encore moins quelqu’un qui nie les crimes contre l’humanité.

Non je ne nie pas cette honteuse page de notre histoire, ni celle des massacres des Indiens d’Amérique, ni la traite des noirs, ni le taux de chômage inquiétant qui sévit actuellement sur mon île.

Le libre arbitre c’est aussi se donner le droit de douter de certaines choses, que ce soit la version officielle du 11/9, le coût réel de la future NRL, ou les mensonges éhontés de nos dirigeants sur la soi-disant baisse du chômage.[1][2][3]

2001 / 2014, ce fut long, mais c’est finalement tombé, bravos à tous ceux qui ne se sont pas laissés berner, ils avaient finalement raison de croire en leurs convictions.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Notes

[1] : Concernant cette dernière annonce de notre gélatineux gouverneur, il est très important de préciser que la baisse dont il parle est en fait une baisse de l’évolution de la hausse. C’est-à-dire que la courbe montante représentant le taux de chômage en France est montée un peu moins vite, mais à aucun moment n’est descendue.

[2] : Tout comme le fameux panier social, qui à augmenté de manière ahurissante alors que les élus se gaussent en nous annonçant son maintien en le comparant à l’évolution du coût de la vie (qu’il suffit de gonfler un peu pour faire baisser les chiffres lui faisant référence).

[3] : Stop les mensonges, aux urnes et nettoyons tout ça bordel.

Zinfos et usage de faux…

wp-media-49Discrètement bien sûr !

Censure de compétition, manipulation des commentaires, parti pris, insultes tolérées, quelques allusions aussi, mais défendre la liberté d’expression et accessoirement Dieudonné, ça non !

Certes, restons à la hauteur du site en question, nous ne sommes pas non plus en présence d’un média à portée interplanétaire, mais ça, on s’en doutait un peu, ni même une référence culturelle, locale… ou pas.

Pourtant, quand on papote entre Réunionnais (zoreilles compris), il ressort souvent que notre Pierro local aurait une paire de corones comme on en fait plus et ses articles au vitriol une bouffée d’air frais dans le paysage journalistique local.

C’est ce que je croyais jusqu’à hier…

Ah ça, pour balancer les adversaires de ses amis (ou l’inverse, ça dépend du contexte politique du moment, l’ami du jour étant bien souvent le futur ennemi de demain), ou pour balancer tout court (car ça lui arrive encore), je suis le premier à dire que sa prose est rafraîchissante, son style bienvenu et ses engagements nécessaires.

Mais alors pourquoi cette censure complètement folle sur un sujet aussi banal ?

Quand je vois les commentaires qui subsistent et ceux qui sont supprimés, j’ai du mal à croire que le modérateur en charge de la surveillance soit en pleine possession de son neurone.

Je lui rappellerais qu’en temps qu’abonné, je reçois des notifications par mail pour chaque message posté et que depuis hier, ma boîte déborde de notifications de réponses, alors que le fil de discussion sur le site est toujours aussi peu vivant (j’ai les archives, au cas où…).

De nombreux messages ont ainsi été vaporisés, la plupart étant ceux qui se permettent de défendre l’indéfendable Dieudonné.

Mais pourquoi donc faire un article sur un sujet brûlant et en interdire les réactions les plus chaudes ?

Notre région interdit elle au Dash 8 de faire le plein de flotte les jours où ça crame au Maïdo ?

On joue les trublions du PAF en balançant des sujets bien polémiques, et ensuite en catimini, on baisse sa culotte pour faire plaisir aux véritables dirigeants de notre pays en faisant le ménage dans les interventions des lecteurs.

On publie un article un peu chaud pour faire genre on est un journal qui ose, et par derrière on saborde les interventions parce que finalement on est un journal comme les autres et on veut pas froisser les véritables patrons de la presse que sont les politiciens.

Y’a-t-il eu pression pour que ce journal censure à ce point ?

La discussion telle que vous la lirez sur le site (dont je ne donnerais pas l’adresse, vous trouverez bien tous seuls, je ne fais pas de pub pour les lâches) ne ressemble plus à rien, le fil a été perdu, certaines réponses à des messages supprimés sont encore visibles et au final, cela donne une ambiance de cours de récré absolument vomitive et surtout incompréhensible.

Mais en y regardant de plus près, je ne suis pas sûr que notre journaliste sache vraiment à quoi jouent les modérateurs de son site, et je ne saurais trop lui conseiller de faire un petit point avec eux, histoire de…

Parce que, quand on se dit grand défenseur de la liberté d’expression, de la veuve, du pauvre, de l’orphelin et qu’un final, on s’affiche sur un média qui fait exactement le contraire, on joue avec sa crédibilité, et connaissant un peu l’homme, j’ai vraiment l’impression qu’il est en train de se faire retourner par ceux-là mêmes qu’il rêve d’enterrer.

Alors bon, zinfos de tout pour faire un monde… certes, mais pas avec tout le monde…

P.-S. : Je précise, avant de me prendre un procès, que le faux dont il est question se situe au niveau de la manipulation de la discussion suivant l’article, le parti pris de la rédaction est évident, les commentaires n’allant pas dans le bon sens (comprendre, qui fâchent le modérateur) sont méthodiquement vaporisés, alors que des messages véritablement insultants sont conservés, et je pense sincèrement que cela dépasse le journaliste lui même, en tout cas je l’espère.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Je suis antisémite…

wp-media-54Et je ne l’assume pas du tout !

Bon, ça c’est fait…

Pour ceux qui ne me connaissent pas, c’est-à-dire environ 99,999999999 % de la population mondiale, je blogue depuis une période que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître.

J’en ai dit des conneries en 20 ans, et j’en ai écrit aussi, mais jamais je ne me suis senti autant en insécurité que depuis quelque temps.

Je ne me suis jamais exprimé au nom d’une idéologie, d’une religion, d’un groupe ou de qui que ce soit, j’ai toujours privilégié l’information potache et impertinente, avec des morceaux d’humour à deux balles qui ne fait rire personne, à part peut-être deux ou trois fans inconscients éparpillés dans le monde.

C’est un des avantages d’être français que de pouvoir aussi facilement s’exprimer sur n’importe quel sujet, et ce en toute sécurité, sans avoir peur d’une quelconque sanction pouvant provenir d’une quelconque police de la pensée.

Aujourd’hui, je me risque à m’engager sur un sujet qui me dérange fortement, non pas le sujet en lui même, mais plutôt la manière dont il est instrumentalisé par les représentants de notre administration actuelle (et un peu celle d’avant aussi).

Vous l’avez deviné, le sujet dérangeant actuel s’appelle Dieudonné Mbala Mbala, plus connu sous le pseudonyme de Dieudonné Tout Court Tout Court…

Oui, aujourd’hui en France, en 2014 (ou presque), oser prononcer son nom est presque devenu un crime pour lequel toute sanction s’impose sans même chercher à savoir si elle est proportionnée, un char Leclercq pour chasser une mouche, c’est efficace, un peu radical, mais efficace quand même.

J’ai hésité à écrire cet article parce que je sais que je vais être catalogué, ouh le Pachymouthe il aime Dieudo, c’est un antisémite, un pédocyberterroriste, il faut l’abattre et tout et tout…

Oui j’aime Dieudo, comme bon nombre de mes concitoyens français un peu ouvert d’esprit et qui aiment l’humour à la con, tout comme j’adorais Coluche, Desproges ou Le Luron… bonne époque ça d’ailleurs.

Aujourd’hui, au-delà des mots ou du discours de l’artiste, on assiste à une véritable instrumentalisation du phénomène Dieudo par toute une frange de la sphère politique française, qui a décidé que Dieudo, et toutes personnes le soutenant, devaient être abattues sans sommation.

Bon, il est sympa le Manolo, mais il oublie que nous sommes plusieurs dizaines de millions, et qu’il est un peu seul avec sa bande de margoulins de service, surtout que même la police, la gendarmerie ou l’armée semblent plutôt du côté du potache en bermuda, que des poltrons cravatés.

Le souci n’est pas là, mais bel est bien dans la définition même de notre belle démocratie (que j’aime peut être plus que Dieudo, mais je sais qu’il ne m’en tiendra pas rigueur, lui-même la préférant à moi, pas de jaloux), et surtout dans ce qui fait La France, la liberté d’expression, ou la liberté tout court.

La France, le pays des libertés !

En 1997, lors d’un déplacement professionnel à Taipei, j’ai été bien emmerdé quand, reconnaissant en moi un représentant de ce pays magique qu’est la France, les clients d’un restaurant sont venus me voir gentiment pour me demander de leur expliquer ce qu’est la liberté…

Outche, bonjour la question de la mort qui tue la belle mère de la fille du facteur…

Je me suis mis dans leur peau quelques instants pour essayer de comprendre la question déjà, c’est que je n’ai jamais appris ça à l’école moi.

Je parle de la notion de liberté, pas du mot, mes questionneurs étaient vraiment à la recherche d’une explication, et la présence d’un Français une aubaine pour enfin apprendre ce truc complètement incompréhensible pour eux.

Je n’avais pas beaucoup de mots, mon vocabulaire chinois se limitant à aucun mot, je l’avoue, et mon anglais pas beaucoup plus, nous discutions avec mon dictionnaire Français/Anglais et un carnet sur lequel on dessinait chacun notre tour pour se faire comprendre.

Magie de l’international, et soirée inoubliable, amis Taïwanais, je vous salue, je pense encore a vous 15 ans plus tard depuis ma petite île de la Réunion, tiens, encore une île.

Malgré tout, j’avais vraiment du mal à leur expliquer que cette liberté n’était pas aussi flagrante et je n’arrivais pas à trouver les bons mots, quand tout à coup, sur une des télévisions du restaurant, je vois des images des manifestations populaires qui secouent le pays tous les ans : la fête des cerisiers en fleurs.

En tendant l’oreille, je m’aperçois que la musique diffusée est de la Trance Goa, genre que j’affectionnais particulièrement à l’époque, et que j’aime toujours autant d’ailleurs, au grand dam de mes voisins, que je salue au passage, et sur les images, je vois effectivement un DJ en train de s’éclater avec son public (plusieurs dizaines de milliers de personnes, dans un parc magnifique, en plein jour, et où même les flics s’amusaient…).

Je rebondis alors sur le reportage et dis à mes auditeurs :

En France, ce genre de fêtes sont interdites, et si vous y allez quand même, vous avez de fortes chances de terminer votre soirée en prison…

Je vous laisse imaginer leur tête, ils ne me croyaient pas, pour eux il était tout bonnement impossible qu’un pays aussi développé et libre que le nôtre puisse interdire à sa population de s’amuser…

Déjà à l’époque, je trouvais que la France glissait sur une drôle de pente, et quelque part, j’imaginais déjà ce qui risquait de se passer si rien n’était fait et ce que deviendrait lia France en continuant dans cette voie.

Aujourd’hui, l’actualité me conforte dans mes craintes, la France n’est plus le pays des libertés, comme bon nombre de nos amis étrangers se l’imaginent, la France est devenue une dictature, et trop nombreux sont les citoyens qui font mine de ne rien voir.

Ce qui est en train de se passer aujourd’hui avec Dieudo me fait bien plus peur que les aventures pittoresques que nous vivions tous les week-ends quand nous partions jouer avec les Gendarmes en essayant de les semer pour ne pas qu’ils trouvent notre Rave planquée dans les bois au-dessus Grenoble… c’était même marrant à l’époque.

Aujourd’hui, donc, je prends un risque sur ma vie en parlant de ça, parce que j’ose m’exprimer sur ce qui me semble être un énorme dysfonctionnement de notre système qui, sous le couvert de fausses accusations absolument hallucinantes, se fout royalement de la séparation des pouvoirs et où un sinistre ministre se permet de déclarer vouloir faire taire un humoriste pour des raisons de troubles à l’ordre public.

Merde alors, si maintenant faire rire est un crime…

Et j’insiste sur le fait que ce n’est pas l’homme en lui même qui est un sujet inquiétant, mais le fait qu’en France, on en arrive à nous accuser de tous les maux du monde pour oser simplement s’exprimer sur ces dysfonctionnements, et où plutôt que d’organiser un débat de fond, on préférera abattre à vue en se basant juste sur une toute petite partie de la forme.

J’estime pour ma part qu’en France, on devrait encore avoir le droit de s’exprimer sur ce genre d’affaires sans pour autant être catalogué comme complice de l’ennemi public Numéro 1, ce texte n’est pas un pamphlet dédié à la défense de Dieudo, mais juste un point de vue sur le glissement que subit notre république et la perte de valeurs que cela implique.

C’est inquiétant et j’espère vraiment que nous, les représentants du peuple français n’allons pas laisser faire ça, il est temps de faire comprendre à nos dirigeants, que nous ne les avons pas élus pour qu’ils nous fassent taire, amis au contraire pour qu’ils parlent en notre nom.

Et quand notre manolo national (non je n’écrirais pas nom), se permet de dire qu’il faut faire taire un humoriste au nom de tous les Français, je lui rappellerais alors gentiment, que c’est nous qui le ferons taire aux prochaines élections.

L’heure est grave mes amis, la France se meure, sauvons là du naufrage, sachons garder notre sang-froid, notre calme (surtout pas de violence, ils n’attendent que ça en face), notre humour et vive les quenelles…

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Qui sème sa graine…

wp-media-9Mérite la prison !

Comme d’habitude, notre gouvernement travaille pour notre bien, notre santé… et les caisses des Monsanto et autres grands bienfaiteurs de l’humanité aseptisée mais néanmoins stérile (faut bien vendre et revendre les graines hein !), le tout dans notre dos, histoire d’être certain qu’on n’aurait pas la mauvaise idée de se prononcer contre…
Incroyable, mais vrai…

Paie ton débit…

wp-media-52Enfin, juste le nom…

Petit coup de grisou personnel survenu alors que je tentai vainement de visionner une vidé… euh non, un diaporama sur un site de vidéo… français…

Capturée en live et sans trucage, voici ce que cela donne, armez-vous de patience et essayez de regarder jusqu’à la fin, si vous n’êtes pas secs avant.

[iframe width= »560″ height= »315″ src= »//www.youtube.com/embed/qgvCKedShZ4″ frameborder= »0″ allowfullscreen /]

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Travailler avec Mavericks ?

wp-media-23Est-ce encore possible ?

À première vue, malheureusement, je dirais non.

Depuis presque deux semaines, je constate une recrudescence de bogues de plus en plus surréalistes à tel point que dans certains cas, il est tout bonnement impossible de travailler.

Travailler, ce mot existe-t-il encore dans l’esprit d’Apple, où sommes-nous devenus de simples consommateurs dont le simple but dans la vie est de payer pour le plaisir de payer ?
Passer à la caisse…