Réunion privée ?

Après le volcan, les aires de pique-niques ?

Réunionnaises et Réunionnais, il est temps de vous réveiller.

Je ne suis sur cette île que depuis 2007, une grande année pour la privatisation des éruptions du Piton De La Fournaise, et j’ai été immédiatement contaminé. Depuis j’assume ma maladie, je suis accroc, incurable, et avant même que vous en fassiez la demande, je vous le dis tout de go, il est hors de question que je sois curé…

À peine arrivé, je me prends Gamède, bienvenue à la Réunion, épique… je sortais de Nouvelle-Calédonie où je venais de me prendre Erika, autant vous dire que pour ma culture personnelle, prendre deux météores comme ceux-là, ça forme, c’est sûr.

Quelques mois plus tard, ce sera au tour du Piton De La Fournaise de faire des siennes et en zoreille tout neuf, je me rends immédiatement au Tremblet pour voir ça… et comme tout le monde, je n’irai pas plus loin que le rond point à l’entrée du village.

Qu’à cela ne tienne, le pépère nous gazouillant pendant plusieurs semaines, je retenterai ma chance un peu plus tard pour passer le barrage du Tremblet, et chaque fois, je serai refoulé.

Un peu agacé, je me renseigne et découvre auprès de voisin que c’est la première fois qu’une éruption est ainsi jugulée par les forces de l’ordre et que cela étonne aux entournures, pour ne pas dire que ça énerve un peu.

En fouillant un peu sur Internet, je découvre alors des centaines d’images magnifiques prisent par le photographe local, star incontestée de son état et grand spécialiste de la chose… qui lui semble avoir trouvé non seulement les autorisations, mais aussi l’hélico et le pilote, là où toute une population se voit interdire d’aller visiter l’enfant du pays, même pour ceux qui essayeront de louer un hélico en s’y mettant à plusieurs, les interdictions touchant aussi les engins volants… sauf un…

Puis viendra l’éruption de folie de 2007, celle de l’effondrement du cratère Dollomieu.

Impossible de s’approcher à moins de cinq ou six kilomètres des points d’intérêts, mais toujours de magnifiques images, et toujours en provenance du même fabricant d’images…

Bien des Réunionnais, dont je fais désormais partie à vie, voient en cette prise d’otage, une véritable tendance à la privatisation de l’espace public, sous couvert de vouloir nous protéger, en réalité, l’enfumage commence.

Un jour, bloqué au Tremblet comme de très nombreux Réunionnais, quelle ne fut pas ma surprise de voir débarquer M. Le Préfet lui même s’il vous plaît, costard cravate immaculé, accompagné par une demoiselle qui avait, l’air de rien, l’air de tout sauf l’air d’une randonneuse.

Notre couple ne sera même pas ralenti par le barrage de la Gendarmerie, et sera autorisé à aller admirer le spectacle sous les yeux ahuris des locaux et des autres, randonneurs de tous poils super équipés comme moi.

Petite précision, cette histoire je l’ai vécu moi même, je ne l’invente pas.

La demoiselle était en mini-jupe, mini-haut mais maxi-talons… ce qui, vous en conviendrez est typiquement l’équipement modèle pour aller se balader sur des coulées de lave en fusion… en cours de coulage…

Le message passé ce jour-là à je pense été très mal pris par toutes les personnes présentes, que M. use de son privilège pour s’offrir un spectacle est une chose, mais se foutre de la gueule des gens présents en faisant passer cette demoiselle qui affichait en elle presque touts les détails de ce qu’il ne faut pas faire en cas d’éruption, franchement, j’ai vu quelques regards qui en dissent long, et malgré le souffre qui empestait l’air, il y’avait comme un parfum de guerre civile dans le coin.

Depuis, le législateur nous a ajouté quelques articles bien sentis dans le code pour nous inciter à regarder à la tévé, ou acheter les belles photos du fabricant d’images local, sans avoir à bouger de chez nous, le tout pour notre bien et notre sécurité, bien entendu…

Dernièrement, cette tendance s’est étendue à pratiquement toute l’île, UNESCO oblige, les équipements sont supprimés pour des raisons écologiques, l’espace public s’amenuise, et les idées privées, comme par hasard, se développent…

Notre île est tout simplement en train de nous être volée au profit de quelques exploitants privés à qui le législateur offre des mannes substantielles, leur permettant de se remplir les fouilles tranquillement et surtout sans trop se bouger le trognon.

Dans quelques jours, c’est une aire de pique-nique très prisée qui sera sécurisée, comprendre, supprimée, encore une fois grâce à un joli mélange d’écologie, de sécurité, mais aussi, et ça c’est pas dans la doc, de foutage de gueule généralisé.

Sauf que là, ça commence à faire beaucoup, des Réunionnais se réunissent et organisent une manifestation d’information sur place et j’invite tout le monde à se renseigner, car cela devient vraiment très grave.

Une manifestation amicale est prévue ce 12 janvier, voir la page Facebook prévue pour l’occasion.

Alors Réunionnais, debout et sauve not pic nic chemin Volcan !

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Papalacaz, On avance !

wp-media-13J’ai la banane !

Lorsque je demande gentiment des nouvelles de l’affaire en cours à mon avocat, je n’ai pas de réponses.

Quand je lui dis que j’en ai marre, que je veux solder mon compte et que j’ai l’intention de continuer avec un de ces confrères, la réponse est immédiate, et j’obtiens un RDV sur le champ.

Bon, je vais donc lui demander un RDV, j’aurais peut-être le montant de mon restant dû…

Je navigue en plein délire, seulement, le temps passe et ne sert pas mes intérêts, cette situation n’a que trop duré et la moindre des choses serait de me libérer histoire que je me débrouille autrement.

C’est une véritable prise d’otage.

L’association qui m’a conseillé cet avocat est quant à elle totalement sourde et muette à mes questions, bien entendu.

J’ai vraiment du mal à comprendre certaines choses, notamment leur vision de la notion de service rendu, ou plutôt l’absence totale de cette notion.

Les réponses obtenues ce jour, semblent confirmer la légèreté de l’implication de ces deux organismes quant à leur gestion des affaires de leurs adhérents et il est donc hors de question que je continue à cautionner de telles incompétences, surtout à ce prix.

Pour un chômeur, perdre un an et plus d’un mois de salaire est énorme, et après les préjudices subits comme suite aux agissements de la partie adverse, je me serais bien passé d’en subir de la part des organismes censés me défendre et en qui j’avais donné toute ma confiance.

Pour terminer, je paraphraserai ma grand-mère en ironisant sur ma chienne et son gros ventre…

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Papalacaz, le cri du cœur…

wp-media-15Père au foyer, le plus beau métier du monde…

L’histoire que je vais vous raconter est une histoire vraie !

Je vais vous raconter une histoire absolument rocambolesque, une aventure qui pourrait être extraordinaire si elle n’était pas banale…

C’est une histoire vraie qui est arrivée à une de mes amies, et je pense qu’il est de mon devoir de citoyen de la relater, parce que les faits qui se sont produits sont plutôt choquants et que malgré une fin plutôt bonne, personne n’en a parlé.

Comme de nombreuses femmes, elle a choisi d’être mère au foyer à la naissance de son premier enfant, et de fait, de quitter le monde du travail pour se consacrer à sa progéniture.

Pendant ce temps, son mari lui en a profité pour faire avancer sa carrière, prendre du galon, et monter les échelons.

Monsieur, grand fatigué devant l’éternel par son travail harassant, s’est trouvé une passion dans les danses de salon, car, disait-il, cela lui permettait de se décontracter et d’avoir moins de pression.

Et force fut de constater, par mon amie et les enfants (car entre temps, un deuxième était né), qu’effectivement, la pression tombait et l’homme moins stressé, affichait un bonheur que toute la famille partageait.

Elle aurait bien aimé sortir avec son mari, mais les cours de danse ayant lieu généralement le soir, il fallait bien quelqu’un pour garder les enfants… ce qu’elle fit, sans même se poser de question, le truc normal quoi.

La passion s’est malheureusement développée, et le père allait sortir jusqu’à 3 soirs par semaines… en moyenne !

Cette passion ira jusqu’à prendre de plus en plus de place dans la famille, à un point qu’il n’hésitera pas à abandonner son épouse et ses deux enfants des journées entières pendant qu’il s’y adonnait à des kilomètres de là. Et comme il prenait le véhicule familial pour s’y rendre, le reste de la famille n’avait d’autre choix que d’attendre son retour, coincé à la maison.

Avec lui, les week-ends commençaient à 17 h le dimanche… quand il ramenait la voiture.

Il sortira jusqu’à des heures pas possibles, rentrant chez lui à 6 h du matin, alors que son réveil est censé sonner à 6 h 30… pour aller travailler…

La fatigue aidant, cette passion se transforme en calvaire pour les trois autres membres de la famille, monsieur est souvent fatigué, dors beaucoup pour rattraper, les week-ends y passent et le reste de la famille attends…

Quand il se réveille, c’est pour aller travailler, quand il revient du travail, c’est pour travailler (les copies, la nouvelle réforme du machin…, bref), et quand il finit de travailler, c’est pour sortir…

Vous sentez venir le truc hein, et vous avez bien raison, un jour, excédée, elle prêche faux et obtiens fatalement le vrai, la danse n’était qu’un prétexte pour la tromper avec une de ces partenaires de danse justement.

Dur et tellement banal de nos jours, découvrir que l’être que vous aimez depuis 25 ans vous trompe depuis plusieurs années, ça fait mal.

Mon amie n’apprécie pas, et on la comprend, et annonce alors à son mari qu’il doit en choisir une des deux, normal me direz-vous.

Mais monsieur aime manger à tous les râteliers, et la valse des mensonges commence alors qui durera plus d’un an, un an où il quittera l’autre plusieurs fois, pour la retrouver juste après, puis la requittera… la retrouvera…

Elle en a marre et décide de mettre un terme à cette comédie, appréciant moyennement que monsieur et sa copine se moquent d’elle aussi impunément, elle le mettra alors devant son dernier choix, décidant elle même de s’en tenir à la décision de son mari si celui-ci décidait d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte, ce qu’il fit, sans une once de courage, puisqu’il ira jusqu’à mettre la difficile décision dans la bouche de sa copine, incapable qu’il était de le faire soi-même.

La copine de monsieur ne se fera pas prier, et attrapera en plein vol et du premier coup une si belle occasion de détruire la famille de la femme de son copain.

Une fois la séparation décidée par l’autre copine, ce lâche n’ayant pas eu les corones de le faire lui même, elle lui demandera alors de partir de la maison vivre avec elle puisqu’apparemment c’est ce qu’il veut.

Il partira, la queue basse et le regard fuyant, laissant sa femme et ses deux enfants seuls au domicile conjugal.

Petite précision, entre temps, mon amie s’est blessée bêtement aux pieds en glissant sur le trottoir et elle s’est cassé, les deux chevilles… aie, les deux !

Oh, rien de grave, mais le truc bête, quand on à un pied cassé on à toujours la possibilité de marcher avec des béquilles, mais les deux, même si ce sont de petites fractures, c’est tout de suite moins drôle au quotidien.

C’est pourtant en la sachant dans cet état qu’il l’abandonnera, ainsi que le domicile et les enfants…

J’ai presque eu honte quand j’ai appris ça, et je suis immédiatement allé la voir pour lui proposer mon aide, elle déambulait assise sur un fauteuil de bureau, et s’était même inventé un système avec un manche à balai pour pouvoir attraper les denrées sur les étagères devenues trop hautes pour elle qui était assise. J’avais du mal à l’imaginer en train de s’occuper de ces deux monstres (je les adore ces deux gamins et j’ai décidé il y’a longtemps que je faisais parie de ceux qui avaient le droit de les appeler des monstres, na !)…

Sur ces entrefaites, monsieur découvre qu’il a peut être fait une bêtise en partant un peu vite et surtout en abandonnant les enfants seuls avec une épouse fortement diminuée, mais aussi, peut être, parce qu’il vient de s’apercevoir qu’il n’aurait peu être pas du vider les comptes non plus, il est fonctionnaire, son épouse est… euh… mère au foyer chômiste sans indemnités, il cherche à rattraper le coup, ça ne fait aucun doute.

Ni, une ni deux, il va en profiter un jour pour inviter ses deux enfants à aller grignoter un truc dans un resto, c’était un mercredi, les enfants étaient aussi peu enjoués que ça (ils ont déjà très mal pris le sacrifice de la danse, et moyennement apprécié la séparation pour une partenaire de danse justement), et bien entendu, il ne les ramènera pas comme promis.

Mon amie n’est pas contente (et on la comprend), le contacte et lui annonce qu’elle veux venir les rechercher, elle se déplace alors très péniblement avec des béquilles, l’un de ses pieds peut éventuellement se poser pour quelques pas, et elle a de nouveau le droit de conduire, mais pas trop.

Le mari lui propose de venir chez lui (chez sa copine en fait), elle ne se pose aucune question et s’y rend sur le champ…

Ce qui l’attend là bas est un guet-apens digne des films les plus noirs de la série du même nom, la rencontre tourne au vinaigre, le mari et sa nouvelle copine se jouent d’elle en la prenant de haut, elle ne reconnaît pas son mari, il est totalement sous le contrôle de la copine, la soumission semble totale. N’appréciant pas de se voir ainsi insultée, et comprenant qu’elle ne repartira pas avec ses enfants et que tout ceci est un vulgaire guet-apens, elle essaye alors de s’extraire de l’endroit avant que cela ne dérive de trop… elle n’en aura pas le temps.

Au sortir d’un dialogue de sourds, la copine de monsieur va lui sauter dessus (littéralement, la plainte déposée est très claire sur ce point) la plaquer au sol (elle est en béquilles je vous le rappelle) et une fois immobilisée, lui donnera plusieurs coups de poing à la tête, le tout parce qu’elle aurait coupé la parole à monsieur et que ceci constitue à son humble avis, une violence verbale qui mérite d’être réprimée par la force sans sommation.

Les enfants assistent à la scène… choc !

Retour chez elle, sans les enfants…

Et début de l’histoire judiciaire…

Quand son avocat est informé, il dépose immédiatement un référé auprès du JAF, utilisant l’agression pour le justifier, et une plainte au pénal pour l’agression.

Dans la semaine, la garde totale sera accordée à la mère ainsi que l’autorité parentale, le père sera invité à se trouver une autre copine moins violente, ou alors à assumer de ne pas pouvoir avoir la garde de ses enfants, même exceptionnellement tant qu’il vivra avec celle qui pourrait éventuellement reconnue coupable d’agression sur personne diminuée, le JAF reconnaissant implicitement le caractère délictueux de l’agression, mais ne pouvant le juger puisque hors de sa juridiction.

La complicité des deux amants sera retenue elle aussi, le guet-apens prenant alors la couleur de la préméditation.

La passion de monsieur sera retenue comme étant une des causes de la destruction de la famille, et une circonstance aggravante dans son comportement.

Le guet-apens est retenu par le TGI, la procédure suivra son cours au pénal.

Une provision, correspondant aux sommes que le mari avait empruntées sur le compte commun, sera exigée en urgence avec des frais très importants en cas de retard constaté.

Une somme conséquente sera versée pour dommages et intérêts.

Ainsi qu’un capital correspondant à la compensation du sacrifice qu’elle avait consenti en arrêtant de travailler pour s’occuper de ces enfants.

Au total, la somme permettra à mon amie de racheter le domicile conjugal.

L’agression sera jugée plus tard, et le résultat pourrait encore aggraver les choses pour monsieur, la copine elle, s’en tape, elle à pas d’enfants à perdre ni de boulot… et puis elle est riche, elle paiera…

L’histoire que je viens de vous raconter est totalement fausse.

Pour être plus précis, cette histoire est à refaire, mais au lieu de parler de mère au foyer, on va mettre un homme à la place, moi, un père au foyer.

Je vous laisse faire les conversions, mais l’histoire est la même, jusqu’au début de l’histoire judiciaire.

À partir de ce moment-là, l’histoire se déroule totalement et bizarrement, différemment pour moi.

Et je vais être très concis, puisque pour moi, rien n’a été fait, l’agression date d’un an et le seul retour judiciaire que j’ai pu obtenir, c’est d’apprendre que ma plainte pour l’agression avait été classée…

Rien, et quand je dis rien, c’est pas pour dire pas grand-chose non, rien !

Nada, Niet, Nicht, Nothing… RIEN !

Abandon des enfants… rien !

Vidages des comptes… rien !

Agression… rien !

Violations répétées et constatées de l’ordonnance de non-conciliation… rien !

Alors quand on me demande pourquoi j’ai créé une page Facebook… comment dire… à vous de voir ?

En gros, je suis un père au foyer, de ceux qui font la une des magasines féminins quand il s’agit de vendre une feuille de chou parlant des ces nouveaux héros d’Hommes modernes, mais qui lorsqu’ils divorcent, redeviennent très rapidement un simple détail inexistant dans l’inéquitable équation du divorce pour laquelle notre société à pris la mauvaise habitude de tout accorder à la mère.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

P.-S.

J’ai laissé volontairement de côté de nombreux détails qui viennent pourtant allourdir le tableau pour me concentrer sur les plus évidents.

T’es en France, et t’as même pas de gouvernement ? Nan mais allô quoi !

personne-ne-nait-racisteEt pourtant !

Je pense que l’on a atteint les limites de notre patience, je ne crois pas trop m’engager en parlant au nom de mes concitoyens français, les ceux d’en bas, et les payeurs d’impôts, entre autres.

Je n’appartiens à aucune communauté religieuse, et j’apprécie mon pays parce qu’il fait partie de ceux qui justement n’imposent aucune direction à leurs citoyens, les laissant pratiquer ou pas, le culte qui leur convient, laïc, il paraît qu’on dit.

C’est quand même un des éléments les plus importants de notre constitution, et l’absence de religion au sein des institutions, une protection contre une possible prise de contrôle par l’une d’elles.

D’aucuns sont gentiment remis sur le droit chemin, qui après avoir un peu trop ostensiblement affichés un signe d’appartenance à une communauté, un foulard, une croix, se voient tirer l’oreille en prime time au 20 h, avant d’être lourdement emprisonnés, voire reconduis à la frontière après, si c’est possible.

Dans le même temps, des députés, travaillent tranquillement, la kippa rivée sur le crâne, mais eux, seront promus ministres…

Pour être franc, le français que je suis est bien emmerdé, désolé pour les mots crus, mais cette histoire de quenelles me fait chier.

En arriver à devoir presque être obligé de prendre position pour prouver que nous ne somme pas antisémite, tout ça parce que nous pensons qu’une quenelle n’est qu’un geste potache et que la dérive organisée par les fausses victimes est en train de virer à lia guerre civile.

un-depute-francais-au-travail

La quenelle est un geste antisémite ?

Soit, la justice pourrait éventuellement trancher, mais tout citoyen ayant un minimum de cervelle, ne peut être que mort de rire en imaginant la tête du type qui aurait le courage d’aller voir un juge et de lui expliquer la chose, le ridicule ne tue pas dit on, je n’en suis pas si sûr, en tout cas, moi je n’en survivrais pas…

En attendant une justice qui ne se prononcera jamais, étant donné le ridicule de la requête, les fausses victimes, avec l’appui de représentants de notre gouvernement, qui sur le coup seront soudainement atteints de cécité totale (oui oui, ceux-là mêmes ci-avant cité), se permettent de faire justice eux-mêmes, et qui une fois relâchés (relâchés ? malgré les aveux et les preuves !) sont carrément invités dans des médias complaisants pour y être interviewé… en exclusivité. Morandini tiens toi bien, on à trouvé encore plus grave que toi, et la concurrence va être rude.

Je vous livre ci-après (copie conforme, fautes comprises), quelques morceaux de choix de l’interview ainsi que deux liens pour y lire l’originale, l’un est le site du média complaisant lui-même, l’autre est celui de leur organisation, qui comme elle affiche son nom publiquement, ne verra pas d’objection à ce que je le répète ici, qui se nome : la Ligue de Défense Juive

i24news

Un des « 6 justiciers anti-quenelles » mis en examen dans les expéditions punitives à Lyon contre les personnes qui ont fait le salut nazi inversé, était mardi soir sur le plateau d’i24news, où il a souhaité gardé l’anonymat.

Définition du mot inversé, et bravo pour l’anonymat, je reconnais bien là l’apanage des lâches…

Le justicier

Nous avons appelé le responsable pour attendre des sanctions mais elles n’ont pas été prises. Nous avons donc décidé de faire justice nous-mêmes, d’agir nous-mêmes et de frapper fort.

Et mon grand-père qui me répétait tous le temps que l’on ne devait jamais faire justice soit même… mais ce devait être sur une autre planète, ou un rêve, ou les deux…

Le justicier

Quelle est la prochaine étape ?
La prochaine étape c’est la surprise. Nous n’avons pas l’habitude d’exposer nos types d’actions avant de les concrétiser.

Clair, et comme ils seront là aussi anonymes… lâches, tout ça, tout ça…

Le justicier

Nous avons pu faire augmenter le taux de chômage en France car énormément de personnes ont été licenciées après avoir effectuées des quenelles.

Non mais là stop, je dis stop, je rêve éveillé là, être fier de contribuer à l’augmentation du taux de chômage, la provocation est énorme, elle en est presque drôle, faudrait vraiment être taré pour se laisser avoir, c’est de l’enfumage de compétition, du pur terrorisme et c’est cautionné par l’état, hallucinant…

Je suis en France encore ? C’est juste une question, au passage…

Le justicier

Dieudonné en ligne de mire ?
Ce qu’on peut dire aujourd’hui c’est que Dieudonné est une cible potentielle à nos yeux.
Alors oui, Dieudonné n’est pas à n’est pas à l’abri, Alain Soral n’est pas à l’abri. D’autres personnes ne sont pas à l’abri.

Dieudonné fait rire des milliers de spectateurs, un ministre (sans sa kippa pour une fois) déclare qu’il s’agit de troubles à l’ordre public…

La Ligue de Défense Juive menace publiquement et nominativement des personnalités, et des citoyens, ou sont les réactions ?

Le justicier

Cela ne nous amuse pas de prendre de notre temps, de notre travail, de notre vie privée pour agir en toute impunité.

Bon, là c’est sûr, c’est la caméra cachée…

Oui ça me fait chier, parce que je n’ai vraiment aucun ressenti particulier envers les juifs, et que cette escalade ridicule est absolument abjecte. Elle nous met tous dans une position très délicate, nous pousse les uns contre les autres, tous les français sont devenus des coupables potentiels, et le gouvernement laisse faire sans réagir alors que des agressions sont perpétrées, et des menaces diffusées avec l’aide des médias…

Y’aurait pas comme un problème là ?

Tout est fait pour déclencher un conflit, et j’appelle tous les Français à être extrêmement vigilants, l’adversaire n’attendant qu’une étincelle pour lâcher ses bombes, il va falloir être aussi pacifiste que nous savons le faire, si nous cédons à la provocation, il va vraiment y avoir une guerre en France.

Monsieur le président de la République, allez-vous faire quelque chose ?

Je n’ai pas le souvenir d’avoir glissé un bulletin de la Knesset dans l’urne aux dernières élections française… j’ai au contraire eu le malheur de voter pour vous (parce que j’avais vraiment pas envie de me taper l’autre 5 ans de plus), et je n’aurais aucun scrupule à voter votre démission.

Cette provocation va continuer longtemps ?

Vous êtes mon représentant, et en mon âme et conscience je vous le dis, je désapprouve totalement le pouvoir que vous accordez licitement à une association qui ne représente en rien les français, et qui ne représente d’ailleurs même pas les juifs de cœurs.

Monsieur le président, si vous n’êtes pas capable d’agir face à cette prise de contrôle manifeste d’une toute petite minorité, il est de mon devoir de citoyen de vous prévenir que je pourrais bientôt considérer la résistance comme seule solution pour vous amener à la raison.

Et je ne sais ce qu’en pensent mes concitoyens, mais à en juger les échos rien que dans mon entourage, il y’a du monde qui pense comme moi.

Monsieur le président, la balle est dans votre camp, sachez faire en sorte qu’elle ne sorte pas de sa douille.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Je suis un citoyen inversé…

Palme et soleilEt j’en suis fier !

Cher président inversé,

Je n’ai pas voté pour toi, je suis donc l’inverse d’un de tes électeurs… et j’en suis fier !

J’ai des oreilles et elles fonctionnent, je suis donc l’inverse d’un sourd… et j’en suis fier !

J’ai un cerveau et je m’en sers, ne t’en déplaise, je suis donc l’inverse d’un abruti… et j’en suis fier !

J’ai des yeux, un peu fatigués, certes, mais pas trop, je suis donc l’inverse d’un aveugle… et j’en suis fier !

J’ai une conception de la vie basée sur le respect et l’amour, je suis donc l’inverse d’un terroriste… et j’en suis fier !

J’ai une mémoire qui fonctionne très bien, je suis donc l’inverse d’un mouton facile à duper… et j’en suis fier !

J’ai une certaine conception des valeurs qui ont fait la force de ma patrie, je suis donc l’inverse d’un de tes amis, je n’aurais jamais de faux travail dans un de tes faux ministère… et putain ça, j’en suis fier !

Je suis né au siècle dernier dans un pays magnifique et historiquement respecté dans le monde entier que l’on appelle encore La France (avec les majuscules s’il te plaît), je suis donc l’inverse d’un étranger dans son pays… et putain ça, j’en suis fier !

J’aime ma planète et ses habitants, je suis donc fatalement un peu en décalage avec tes discours racistes, xénophobes et antisémites que tu n’arrives même plus à masquer derrière tes mensonges… et j’en suis fier !

Je me plais à me cultiver, à me questionner, à faire fonctionner mon libre arbitre ou bien encore écouter les autres, je suis donc encore une fois l’inverse de ce que tu voudrais que je sois… et j’en suis fier !

J’aime les quenelles, aussi bien celles qui se mangent et qui fuient un peu mon assiette en ce moment (et sur ce point, je suis malheureusement l’inverse du seul à qui ça arrive), que celles que tu te manges en ce moment (et là par contre, je suis l’inverse de celui qui n’en rit pas), je suis donc un dangereux terroriste à abattre… vite… et j’en suis fier !

J’aime ma langue, car elle est riche et pleine de mots (si si, j’te jure mec, des mots…) qui ont encore leur place dans le dictionnaire, cette langue qui sait encore ce qu’est l’inverse de quelque chose, contrairement à toi qui n’à même pas conscience d’être l’inverse d’un homme, et j’en suis fier !

Alors aujourd’hui, j’aimerais savoir ce que l’inverse de mon président ne pense pas de savoir ce que les citoyens inversés qui n’ont pas voté pour lui pensent des problèmes inversés qu’ils subissent et que tu ne vois pas, de ces mots dérangeants et inversés que tu fais mine de ne pas entendre, des ces choses horribles que tu aimerais qu’ils ne voient pas, de ces actes barbares qu’ils ne cautionnent pas, de ces valeurs que tu ne défends pas, de cette mémoire que tu effaces un peu vite, de ce pays que tu n’aimes pas, de cette culture que je ne renierais pas malgré ton invitation à me laisser guider aveuglément en toute non-confiance en toi, et de ce libre arbitre que tu voudrais me supprimer parce qu’il est trop bon pour moi (et surtout très mauvais pour ton propre compte en banque) ?

Par contre, si tu pouvais vraiment faire l’inverse de tout ce que tu fais depuis que tu as été élu, je ne t’en saurais de toute manière pas gré du tout, comme tu ne l’as sûrement pas lu quelques lignes plus haut, j’ai trop de mémoire pour oublier tout ce que toi et tes amis corrompus n’avez pas fait pour l’oublier le jour du vote.

Ah et au cas où la débilité de ce texte ne t’apparaît pas du premier coup d’œil, je te dirais alors, à la manière d’un Deproges en son temps :

Cher président inversé, je te prie d’accepter l’expression inversée de mon total mépris, à l’endroit celui-ci,

Ah ! et sur ce point on est tous d’accord, tu es bien entendu l’inverse d’un gros con…

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Lettre ouverte…

wp-media-11Monsieur le président, je vous fais cette bafouille, que vous lirez sûrement si vous avez des…

Avant que les critiques ne pleuvent, je précise que le texte qui suit n’est pas de M. Bouvard comme de nombreux sites sur la toile voudraient nous le faire croire.

Et quelque part, on s’en fout de savoir qui en est le véritable auteur, car ce qu’il faut retenir, c’est la justesse des propos qu’il contient.
Monsieur le président…

Attention, pas drôle !

wp-media-20Incroyable mais vrai !

Attention, là on déconne plus, ce qui suit est très dérangeant et fortement déconseillé aux âmes sensibles.

Si après avoir pris connaissance de cette information, vous avec encore des doutes quant au degré de corruption des justices de notre planète, je suis désolé de vous le dire crûment, mais je ne puis plus rien faire pour vous.

Mais si votre neurone de la conscience est encore un peu actif alors ça va vous faire très très mal.

Prêt ?
Ça va faire mal…

Du bon exemple !

wp-media-46Quand ça les arrange.

Deux informations très intéressantes en provenance de deux états, l’un est Européen, la Belgique, l’autre plus lointain, mais ô combien symbolique, les États-Unis.

Le premier cas est vraiment très instructif, car il repose sur un fait divers, qui fut en son temps (pas si éloigné d’ailleurs) cité comme référence indiscutable par l’ancienne tenancière de l’Élysée pour légitimer la nécessité d’abattre Dieudonné, comprendre, l’empêcher de travailler en interdisant ces spectacles.
À voir…

Je suis un négationniste…

wp-media-47Et je ne l’assume pas du tout !

Le 11 septembre 2001, j’étais chez un ami (je n’ai pas de télé, perso) et je fais partie de ceux qui ont vu le deuxième avion percuter la deuxième tour en direct…

Déjà, j’étais perplexe en voyant les images de la première en train de brûler, je n’arrivais pas à le croire, un peu trop Pearl-Harbouresque à mon goût, y’avais comme un truc qui ne collait pas.

Mais alors quand le deuxième avion est venu percuter la deuxième tour, là j’ai vraiment arrêté de croire ce que je voyais, et je me suis alors demandé quel était le véritable message sous-jacent dans tout ça.

Depuis cet instant, je suis catalogué comme étant un méchant pedocyberterroriste-négationniste qui nie la Shoah…

Vous l’aurez peut être remarqué, mais depuis cette date mémorable, toute personne qui se permet d’émettre un doute quant aux véritables responsabilités engagées ce jour-là (comprendre, qui n’est pas d’accord avec la nauséabonde version officielle du buisson marcheur) finira fatalement par se faire accuser de négationnisme et donc de nier la Shoah…

Je chercherais bien encore le rapport, mais j’ai autre chose à faire, c’est déjà dur de devoir vivre avec cette absurde et lourde casquette de négationniste (que je ne suis pas, je précise…), mais alors vivre avec en plus la fausse responsabilité d’être un négationniste qui nie la Shoah… dur !

Bon, je rétorquerais bien à mes détracteurs que je nie aussi la Terre Du Millieu, Tatooin, Dune et autre StarCommand, mais je ne suis pas sûr que tout le monde comprenne.

Petit rappel, « Shoah » est le titre d’un film français de Claude Lanzmann qui n’a absolument rien d’historique et qui est aujourd’hui instrumentalisée par une secte d’assassins politiques dûment élus dans le but de récupérer cette sombre partie de l’histoire de notre planète pour servir ses propres intérêts tout en vomissant royalement sur les véritables victimes qui n’en demandaient pourtant pas tant. Et si l’ont en croit ceux qui aujourd’hui fanfaronnent devant les médias pour faire abattre des bouffons comme Dieudonné, c’est même un mot qui devrait être bannis de la langue française, mais comme ils ne sont pas à une contradiction près… bref !

Je suis complètement apolitique, fortement agnostique, légèrement asocial, mais très certainement pas aveugle, je n’aime pas prendre position au nom des autres ou d’une cause, je prends généralement mes propres risques en disant ce que JE pense et j’apprécie moyennement d’être catalogué à l’insu de mon plein gré.

Aujourd’hui, au détour de plusieurs sites web, je découvre, avec presque un peu d’amusement si le sujet n’était pas aussi grave, que le Sénat états-unien vient de déclarer l’enquête officielle comme étant apparemment plus que bancale et manquant de preuves (méthodiquement supprimées apparemment, ouaouh !).

Les mensonges tombent, la lumière commence à se faire, et franchement, après avoir subi les colifichets les plus nauséabonds pour avoir osé prendre une position qui me faisait sortir du moule, je suis ravi de voir que la roue tourne.

Si les abrutis qui m’ont insulté ses dernières années traînent encore par ici, je ne leur dirai qu’une chose, planquez-vous vite, la justice est en train de rattraper le temps perdu, et vous êtes vraiment en très mauvaises postures.

Quant à moi, je n’ai jamais pris très au sérieux les accusations portées à mon encontre, ayant toujours eu foi en mon libre arbitre, mais j’avoue que si les vrais coupables pouvaient être raccourcis, ça ne me ferait ni chaud ni froid.

Stop aux amalgames, douter d’une information ne fait pas de vous un négationniste, un antisémite et encore moins quelqu’un qui nie les crimes contre l’humanité.

Non je ne nie pas cette honteuse page de notre histoire, ni celle des massacres des Indiens d’Amérique, ni la traite des noirs, ni le taux de chômage inquiétant qui sévit actuellement sur mon île.

Le libre arbitre c’est aussi se donner le droit de douter de certaines choses, que ce soit la version officielle du 11/9, le coût réel de la future NRL, ou les mensonges éhontés de nos dirigeants sur la soi-disant baisse du chômage.[1][2][3]

2001 / 2014, ce fut long, mais c’est finalement tombé, bravos à tous ceux qui ne se sont pas laissés berner, ils avaient finalement raison de croire en leurs convictions.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa

Notes

[1] : Concernant cette dernière annonce de notre gélatineux gouverneur, il est très important de préciser que la baisse dont il parle est en fait une baisse de l’évolution de la hausse. C’est-à-dire que la courbe montante représentant le taux de chômage en France est montée un peu moins vite, mais à aucun moment n’est descendue.

[2] : Tout comme le fameux panier social, qui à augmenté de manière ahurissante alors que les élus se gaussent en nous annonçant son maintien en le comparant à l’évolution du coût de la vie (qu’il suffit de gonfler un peu pour faire baisser les chiffres lui faisant référence).

[3] : Stop les mensonges, aux urnes et nettoyons tout ça bordel.

Zinfos et usage de faux…

wp-media-49Discrètement bien sûr !

Censure de compétition, manipulation des commentaires, parti pris, insultes tolérées, quelques allusions aussi, mais défendre la liberté d’expression et accessoirement Dieudonné, ça non !

Certes, restons à la hauteur du site en question, nous ne sommes pas non plus en présence d’un média à portée interplanétaire, mais ça, on s’en doutait un peu, ni même une référence culturelle, locale… ou pas.

Pourtant, quand on papote entre Réunionnais (zoreilles compris), il ressort souvent que notre Pierro local aurait une paire de corones comme on en fait plus et ses articles au vitriol une bouffée d’air frais dans le paysage journalistique local.

C’est ce que je croyais jusqu’à hier…

Ah ça, pour balancer les adversaires de ses amis (ou l’inverse, ça dépend du contexte politique du moment, l’ami du jour étant bien souvent le futur ennemi de demain), ou pour balancer tout court (car ça lui arrive encore), je suis le premier à dire que sa prose est rafraîchissante, son style bienvenu et ses engagements nécessaires.

Mais alors pourquoi cette censure complètement folle sur un sujet aussi banal ?

Quand je vois les commentaires qui subsistent et ceux qui sont supprimés, j’ai du mal à croire que le modérateur en charge de la surveillance soit en pleine possession de son neurone.

Je lui rappellerais qu’en temps qu’abonné, je reçois des notifications par mail pour chaque message posté et que depuis hier, ma boîte déborde de notifications de réponses, alors que le fil de discussion sur le site est toujours aussi peu vivant (j’ai les archives, au cas où…).

De nombreux messages ont ainsi été vaporisés, la plupart étant ceux qui se permettent de défendre l’indéfendable Dieudonné.

Mais pourquoi donc faire un article sur un sujet brûlant et en interdire les réactions les plus chaudes ?

Notre région interdit elle au Dash 8 de faire le plein de flotte les jours où ça crame au Maïdo ?

On joue les trublions du PAF en balançant des sujets bien polémiques, et ensuite en catimini, on baisse sa culotte pour faire plaisir aux véritables dirigeants de notre pays en faisant le ménage dans les interventions des lecteurs.

On publie un article un peu chaud pour faire genre on est un journal qui ose, et par derrière on saborde les interventions parce que finalement on est un journal comme les autres et on veut pas froisser les véritables patrons de la presse que sont les politiciens.

Y’a-t-il eu pression pour que ce journal censure à ce point ?

La discussion telle que vous la lirez sur le site (dont je ne donnerais pas l’adresse, vous trouverez bien tous seuls, je ne fais pas de pub pour les lâches) ne ressemble plus à rien, le fil a été perdu, certaines réponses à des messages supprimés sont encore visibles et au final, cela donne une ambiance de cours de récré absolument vomitive et surtout incompréhensible.

Mais en y regardant de plus près, je ne suis pas sûr que notre journaliste sache vraiment à quoi jouent les modérateurs de son site, et je ne saurais trop lui conseiller de faire un petit point avec eux, histoire de…

Parce que, quand on se dit grand défenseur de la liberté d’expression, de la veuve, du pauvre, de l’orphelin et qu’un final, on s’affiche sur un média qui fait exactement le contraire, on joue avec sa crédibilité, et connaissant un peu l’homme, j’ai vraiment l’impression qu’il est en train de se faire retourner par ceux-là mêmes qu’il rêve d’enterrer.

Alors bon, zinfos de tout pour faire un monde… certes, mais pas avec tout le monde…

P.-S. : Je précise, avant de me prendre un procès, que le faux dont il est question se situe au niveau de la manipulation de la discussion suivant l’article, le parti pris de la rédaction est évident, les commentaires n’allant pas dans le bon sens (comprendre, qui fâchent le modérateur) sont méthodiquement vaporisés, alors que des messages véritablement insultants sont conservés, et je pense sincèrement que cela dépasse le journaliste lui même, en tout cas je l’espère.

-- 
(\_ _/)
(='.'=)
(")_(") Maître Maa